dimanche 18 mars 2012

Carcassonne : une cité sous protection féminine

Le voyageur se promenant dans la coté de Carcassonne découvrira sur son parcours, devant la porte de Narbonne, entrée principale de la forteresse, le buste d’une femme se dressant.




Cette statue représente Carcas, l’épouse du roi musulman Balaak dirigeant Carcassonne au VIIIe siècle. D’après la légende, Charlemagne assiège la cité et Balaak meurt dès les premières années du siège. Carcas se retrouve seule à assurer les défenses de la cité. Inférieurs en nombre, privés de ravitaillement, la reine use de ruse et de stratagèmes pour dissuader l’armée de Charlemagne de lancer l’ultime assaut. Elle fait dresser sur les remparts des pantins de paille, qu’elle met en mouvement à l’aide de cordes et de poulies. Le siège s’éternise. A la sixième année, Carcas fait l’inventaire des réserves restantes. Les habitants lui apportent un porc et un sac de blé. La reine ordonne que l’animal soit gavé par les céréales, avant d’être jeté du haut des remparts. Le cochon s’écrasant sur le sol, libère le blé de ses entrailles. Devant cette scène, les chevaliers francs supposent que la ville regorge encore d’importants stocks, à un point tel, que les habitants se permettent de sacrifier la nourriture. Charlemagne décide de lever le siège. Néanmoins, la reine triste de voir partir ce preux chevalier, le fait rappeler pour lui livrer la ville. Afin d’annoncer la paix, Carcas ordonne que de toutes les cloches de la cité résonnent, d’où le nom de Carcas-sonne.




Dame Carcas est un personnage purement imaginaire qui apparaît au XVIe siècle, sous la plume du poète Jean Dupré, s’inspirant probablement de textes médiévaux.
La légende de Dame Carcas est à replacer dans le contexte des rais musulmans sur la Gaule au VIIIe siècle. Ayant franchi le détroit de Gibraltar en 711, ces derniers s’emparent des principales villes espagnoles avant de porter leurs intentions au-delà des Pyrénées. L’émir El Samh s’empare des villes de Nîmes, Narbonne et Carcassonne. L’avancée des guerriers musulmans s’arrête à Poitiers en 733. Par la suite, Charles Martel récupère les régions du Poitou et d’Aquitaine. Par conséquent, ce n’est pas Charlemagne, mais Pépin le Bref, qui reprend Carcassonne en 759. Ces évènements forgent pour les Occidentaux, l’image du sarrasin pillard et barbare, qui se répercute dans les textes médiévaux et perdure aux siècles suivants.
Le personnage de la femme musulmane est très présent dans les chansons de geste. A l’instar du sarrasin perçu comme un guerrier sanguinaire, la sarrasine apparaît comme une héroïne, surtout si elle est veuve. Le couple musulman termine toujours de la même manière. Le mari meurt et la femme se convertit au christianisme. Dame Carcas illustre ce schéma narratif.









images : centerblog.net/blogzine/136244-4486781-la-legende-de-dame-carcas-

1 commentaire:

  1. Merci! Très bon! Seulement ici j'ai découvri l'histoire de Dame Carcas.

    RépondreSupprimer