jeudi 6 septembre 2012

Introduction au milieu de la Mésopotamie et à Sumer


L'histoire commence à Sumer! Voila le titre d'un des plus grands best-sellers sur l'histoire de la Mésopotamie (Noah Kramer). En effet Sumer est le nom de la première civilisation de la Mésopotamie. Ils ont inventé l'écriture et la roue. Divisé le temps en secondes et en minutes. Ils ont crée les premiers états, tracé les premières routes commerciales. Ils sont donc la frontière entre l'histoire et la préhistoire. Mais avant eux, il y eu un cheminement très rapide, un développement qui mena l'homme des cavernes aux premières villes en moins de 5000. Dans cette région du monde, l'homme va progressivement domestiquer la nature, créer les premières céramiques et enfin se sédentariser près des fleuves qu'ils apprendront progressivement à dompter avec des digues et l'irrigation. Nous arrivons donc au IVe millénaire av. notre ère, au début de notre histoire, l'histoire de Sumer.

Pour comprendre la réussite Sumérienne et des civilisations qui lui ont succédé, telle Akkad, Babylone, l'Assyrie ou enfin les Perses, il faut comprendre l'importance du milieu mésopotamien. Il faut en cela s'intéresser au nom même de la Mésopotamie. C'est l'historien grec Polybe qui au IIe siècle av. notre ère désigna cette région du croissant fertile MESOPOTAMIA littéralement "la terre entre les fleuves". Tout cela pour démontrer, à l'instar d'Hérodote en Egypte avec le Nil, que les mésopotamiens doivent tout aux deux fleuves du Tigre et de l'Euphrate. Prenant leurs sources dans les montagnes d'Arménie et descendant vers le golfe Persique, ils traversent l'extrême est de la Turquie, le nord-est de la Syrie et surtout tout l'Irak. Se sont des fleuves pour boire et manger mais se sont aussi des fleuves pour le transport. Car en Mésopotamie, on manque de tout et le milieu est hostile: il n'y a pas d'arbres, il n'y a pas de pierres, il n'y a pas de métaux, il fait 50° en moyenne la journée et il ne tombe qu'entre 30 et 50 ml d'eau par an. Les deux fleuves vont donc devenir l'axe de passage privilégié pour aller chercher le bois dans les montagnes du Taurus ou au Liban, le cuivre en Anatolie et l'étain en Jordanie.

Pour parvenir à faire des échanges, les sumériens vont moderniser leur production agricole et leur industrie de céramique - les seuls industries possible dans leur milieu - et ainsi créer de véritables administrations qui auront très vite besoin d'un outils indispensable pour gérer les revenus et les échanges dans une société grandissante et où les villes remplaces les villages. Cet outil sera l'écriture. Nous sommes alors vers 3300- 3200 av. notre ère. L'Egypte écrira elle deux siècles environ plus tard. D'abord purement administratif et comptable, apparaissant sous la forme d'idéogramme, l'écriture va se complexifier pour devenir pictogramme et cunéiforme (en forme de clou) avec lequel on va pouvoir mettre sur l'argile des mots, des verbes, des constructions syllabiques et grammaticales logiques qui permettront alors de mettre par écrits les premières oeuvres littéraires et les premiers traités scientifiques. Nous sommes à présent vers 2800 av. notre ère et il est désormais possible à l'historien de périodiser l’histoire par l’intermédiaire de souverains, de conflits, de batailles bien que le principal outil de repérage chronologique reste le matériel laissé par ses civilisations comme la céramique.

1 commentaire:

  1. Merci pour ce site. Avec moins de fautes d'orthographe et de grammaire, ce serait formidable.

    RépondreSupprimer