vendredi 26 juin 2015

Les toits de Paris



Au milieu du XIXe siècle, la ville de Paris connait une importante croissance démographique. Sa population double en cinquante ans pour dépasser le million d’habitants. Paris croît en surface et en hauteur. Pour loger les nouveaux arrivants, les toits sont surélevés et mansardés, du nom de l’architecte du XVIIe siècle Jules Hardouin Mansard. La charpente arbore deux pentes : le brisis prend appui sur la façade et monte presque à la verticale, tandis que le terrasson ferme le toit quasiment à la verticale. Ce type de structure consomme moins de grandes pièces de bois et devient un lieu habitable en y aménageant des lucarnes.
Dans un premier temps, les domestiques occupent les logements situés sous les toits, puis des particuliers pauvres, des marginaux, des étudiants ou des artistes. Les techniques d’étanchéité s’améliorent et les ascenseurs rendent le dernier étage accessible. La bourgeoisie investit une partie de ces habitations, transformant les toits terrasses en salon d’été ou en jardin.

Le zinc est le nouveau métal en vogue. En 1809, le chimiste belge Daniel Dony met au point un procédé pour obtenir un zinc très pur à partir de la calamine, un minerai de zinc carboné présent en Belgique. Dony l’extrait et le lamine dans ses usines de Givet dans les Ardennes. Le zinc a l’avantage d’être très malléable et facile à couper, plier et souder. Exposé à l’air et à la pluie, il se couvre d’une patine de carbonate imperméable et protectrice, ce qui lui permet de durer sans un entretien important. Une toiture de zinc doit être changée tous les 80 ans contre 20 pour une toiture dans un autre matériel. Le zinc étant peu dense, il pèse moins sur les charpentes que les tuiles et les ardoises.
Le zinc jouit de la volonté d’uniformisation architecturale d’Hausmann pour recouvrir les bâtiments publics et privés. Néanmoins, il ne fait pas l’unanimité. Il lui est reproché de concentrer le froid l’hiver et la chaleur l’été. Par ailleurs, le plomb demeure un matériau jugé plus noble pour les grands bâtiments publics. Il est peint en noir et parfois associé à l’ardoise pour atténuer son aspect froid.

Vu du ciel, Paris est une mosaïque de gris faite d’ardoise et de zinc. Les photographes s’attachent à faire surgir le charme gris de ces forêts métalliques. Les cinéastes mettent en scène des courses-poursuites se déroulant sur ces toits plats et glissants. Ces toits sont typiquement parisiens, à tel point que la mairie du IXe arrondissement a déposé à l’UNESCO en 2014, une candidature de classement au patrimoine mondial.

Sources
Texte : « Pourquoi tous les toits sont gris ? », in Les cahiers de Sciences et Vie : les nouveaux mystères de Paris, n°153, mai 2015, p32-34.
Image : Pariszigzag.fr

5 commentaires:

  1. Cet article na aucun intérêt... On s'ennuie !

    RépondreSupprimer
  2. Cette règlementation venant de l'affairiste Haussmann, qui était préoccupé par "l'ordre public", au point de percer des avenues favorisant les charges de cavalerie, et les tir au canon, on peut tout aussi bien supposer que la raison principale de cet engouement pour le zinc, ou l'ardoise, tient avant tout à une phobie contre des tuiles, qui font de bien meilleurs projectiles. Comme cela a été démontré à Grenoble.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour j aimerais savoir si JULES HARDOUIN MANSARD est "l'inventeur" du comble Mansardé ou seulement le nom donné en ça mémoire ?????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mansarde est une invention de François Mansart, architecte français de la première moitié du XVIIe siècle, et grand oncle de Jules Hardouin Mansart.

      Supprimer