mercredi 27 février 2013

Le Paris médiéval


Au Moyen-âge, la ville de Paris est une mosaïque de seigneuries, de paroisses et de quartiers qui se superposent. Lors de l’occupation anglaise durant la guerre de cent ans, les nobles français ont fui ou ont été expulsés de la capitale. Certains d’entre eux ne sont pas revenus, ce qui permet d’aérer la pression foncière. Ainsi à la fin du Moyen Age, Paris compte 10.000 maisons abritant 200.000 habitants.
Au XIe siècle, la ville comporte cinq ponts. Ils sont conçus pour supporter le poids de maisons. Les orfèvres s’installent sut le pont au change et les métiers d’art sur le pont Notre Dame. Les ponts accueillent des maisons jusqu’au XIXe siècle.
Les rues ne portent pas de noms. Les maisons ne sont pas numérotées. Les habitants et les voyageurs se repèrent à l’aide de détails topographiques, tels que des églises, des fontaines, des enseignes ou des demeures particulières. Les ruelles sont étroites. Le manque de place oblige à construire en hauteur et à coller les maisons les unes aux autres.
Les bâtiments décrivent l’espace social et urbain. Au XIIIe siècle, les clercs sont situés sur la rive gauche, qui est considéré comme le quartier intellectuel avec la Sorbonne. La rive droite rassemble les nobles, qui se rapprochent de la cour située au Palais de la Cité et au Louvre. Le quartier des marais accueille les marchands.

La maison médiévale nous est contée au travers des inventaires après décès, des devis de construction et des procès. Quelques enluminures représentent des chantiers et des villes.
Les métiers du bâtiment sont régis par des chartes depuis le XIIIe siècle. Les charpentiers et les maçons constituent les deux tiers des métiers du bâtiment.
Les bâtiments publics et les demeures des aristocrates sont érigées en pierre, tandis que les demeures bourgeoises sont construites en bois. Toutes les matières premières employées se trouvent en Ile de France. Seuls les métaux et l’ardoise sont importés. Le plâtre est beaucoup utilisé en enduit ou en moellon. Au XVe siècle, les artisans utilisent de plus en plus la tuile pour la toiture et recourent davantage à la pierre de taille. La brique apparait au XVIe siècle. En règle générale, seules les façades donnant sur la cour sont décorées par des sculptures. Celles donnant sur la rue peuvent toutefois recevoir une enseigne ou une statue particulière. Les maisons se donnent, se vendent ou s’échangent.
Quelques semaines suffisent pour construire une maison standard comprenant une douzaine de pièces. Lors d’une destruction, les matériaux sont recyclés. Au XVIe siècle, l’architecture gothique est conservée. Elle est critiquée et abandonnée à partir du XVIIe siècle. Le début du XIXe siècle redécouvre le Moyen âge et son architecture.

Un grand nombre de caves à Paris ont gardé leur aspect médiéval. Leur étude et celle des fondations permettent de connaître les matériaux employés pour la façade, la dimension du bâti et l’agencement des pièces. Les caves servent de lieu de stockage des denrées. Certaines sont richement décorées et présentent des sculptures sur les chapiteaux et les clés de voute.
La chambre se situe à l’étage. Cette pièce sert pour le repos, le travail et la réception des hôtes. L’ameublement se fait en fonction des ouvertures (portes, fenêtres) et de la cheminée. Il se compose de tables, de coffres, de chaises et d’un lit. Les objets les plus précieux y sont entreposés. Il s’agit véritablement de la pièce à vivre, car le rez-de-chaussée est occupé par les ateliers ou les boutiques.

Source
Texte : HAMON. Etienne, La demeure médiévale à Paris, Archives Nationales, Paris, 2012, 299p.
Image : http://www.linternaute.com/actualite/histoire/paris-au-moyen-age/louvre.shtml

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire