jeudi 22 novembre 2012

Hatchepsout et le pays de Pount

-->
Tout débute dans l'ancienne Égypte. Nous aimerions tellement débuter chaque histoire sur notre site comme un conte ! Alors aujourd’hui voyageons et remontons il y a 3500 ans. Il était une fois - donc - la grande reine Hatchepsout (environ 1479 - 1448 av.) qui fait élever un temple merveilleux à Deir el-Bahari en l'honneur du grand dieu Râ car elle est soucieuse, comme tous les pharaons, de laisser une trace dans l'histoire. Mise à l'index après son règne, la plupart des faits de son règne sont aujourd'hui perdus. Pourtant, l’entreprise de démolition n’a pas fonctionné. Ses successeurs ne sont pas parvenus à effacer son existence… une tâche qui se retourne contre ceux qui en voulaient à ce matriarcat forcé! Au contraire, la vie de la « pharaonne » est devenue légendaire et son succès de nos jours n’en est que plus mérité ! Mais rendez-vous compte : une femme  sur le trône ! A quand le droit de vote je vous le demande mon bon monsieur ? Oups, je m’égare dans mon ironie ! Reprenons : en effet, il n’a pas été possible aux souverains d’effacer une partie de son histoire racontée sur les bas-reliefs du temple de Deir el-Bahari, notamment les exploits de sa valeureuse flotte.  Elle raconte sa décision de dépêcher une expédition audacieuse et surtout relate sa réussite. Ainsi commence l’histoire : cinq pirogues royales viennent de rentrer du légendaire pays de Pount, où la reine les a expédiées pour rétablir un très ancien impôt qui n'était plus payé depuis longtemps…

L'expédition est une aspiration divine. Un jour, alors que le reine priait le dieu Râ, elle entendit une voix intérieure lui dire:
"Lance tes navires sur les chemins qui conduisent aux échelles de l'encens. Les brûle-parfums de tes prêtres sont vides. Vos prières n'ont plus d'odeur et les dieux vont se détourner de vous. Pourquoi ne m'offrez-vous pas les mêmes parfums que vos pères? Allez au pays où le soleil se lève aux ordres de la grande magicienne de Pount. Là, vous chargerez à pleins bords des arbres à encens et tout ce qui sent bon ici-bas."

Inutile de dire que l’on ne désobéit pas à Râ. Hatchepsout ordonne la formation d’équipages prêts à partir pour cette aspiration divine. Tout le monde est décidé ! D’anciens manuscrits poussiéreux datant des âges obscurs de l’Egypte révèlent le chemin à prendre. Les navires  doivent emprunter un vieux canal en partie ensablé qui mène de l'un des bras du Nil à la mer Rouge. Heureusement, les navires ont un fond plat avec un faible tirant d'eau. Ils sont quinze "couples" de rameurs à propulser à la force des bras les vaisseaux royaux, commandés au sifflet par le "meneur" pendant que le barreur tient le gouvernail.

L'histoire de ce voyage est quelque peu romancée, nous n’en doutons pas, mais gageons qu’il ait vraiment existé. Les membres – volontaires ? - de l'expédition se sentent investis à la fois d'une mission royale et divine. Là-bas, au pays de Pount, le roi indigène, prévenu – par qui ? - les attend sur le rivage. Craintif, il fait entasser les denrées précieuses demandées par Râ: encens, ivoire, ébène, myrrhe, or et esclaves. C’est qu’on ne plaisante pas avec la terrible puissance égyptienne ! L'ensemble est ramené triomphalement en Égypte où enfin, la reine pourra satisfaire les dieux.
Une question vous chatouille le cerveau depuis le début de ce petit récit : Où se trouve le pays de Pount ? A l’instar du règne merveilleux et quasi légendaire d’une femme sur le trône d’Egypte, la géographie est encore incertaine. La logique logistique voudrait que Pount se trouve sur les rivages de la Mer Rouge. En Somalie? Ou plus loin en Arabie? Difficile de trancher car l'étude géographique n'existe pas au XVe siècle avant notre ère.
-->

Sources:
Christiane Desroches Noblecourt, La Femme au temps des pharaons, s, Stock, 1986
Christiane Desroches Noblecourt, La Reine mystérieuse Hatchepsout, Paris, Pygmalion, 2002

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire