dimanche 22 avril 2012

Lord Carnavon victime de la malédiction de Toutankhamon


La malédiction des pharaons ! Ce trait littéraire, voir même tout à fait romantique remonte à la nuit des temps de l’Égypte pharaonique. Croyant en l'immortalité de l'âme, les Égyptiens ne voulaient en aucun cas, que leurs corps, une fois mort, soient détruits et dépouillés. Les conséquences sur leurs vies dans l'au-delà auraient été désastreuses. Alors, afin de se protéger, ils écrivaient des formules magiques et religieuses, vociférant contre ceux qui oseraient venir troubler leur dernière demeure et leur repos éternel. De terribles souffrances, une mort tragique et une lignée familiale maudite attendaient tous ceux qui profaneraient les tombes. Cependant, quoi de plus terrible que de s’attaquer au plus sacré des hommes sur terre, la réincarnation d'Osiris, descendant même du dieu à tête de faucon Orus : le pharaon !

Pourtant, depuis l'Antiquité même, certains hommes bravent ces malédictions pour y voler or, pierres précieuses et mobiliers. Les pilleurs de tombes ont sévi pendant plus de 4000 ans. A la fin du XIXe siècle, ils sont progressivement remplacés – sans toutefois disparaître - par les archéologues qui s'apparentent à cette époque plus à des chercheurs de trésors avec autorisations. Allions-nous découvrir, nous hommes contemporains, la joie d'ouvrir un tombeau de pharaon vierge de toute visite ? Lord Carnavon et Howard Carter sont devant ce qui semble être la dernière tombe pharaonique inviolée : celle d'un dénommé Toutankhamon. Devant la porte fermée par de la brique ils lisent tous deux deux inscriptions. La première donne le nom du résidant. La seconde glace le sang des ouvriers : « La mort touchera de ses ailes celui qui dérangera le pharaon ».

  • « Que fait-on ? demande le chef des ouvriers tremblants.
  • Quelle question ? Défoncez-moi cette porte ! » Ordonne Carnavon.

Et quelques jours plus tard... un moustique... une piqûre... une mort inattendue, et la légende prend forme !

Le fantasme s'empare du monde entier : cette piqûre d'un petit insecte, n'était-ce pas une conséquence de la malédiction planant au-dessus de ce tombeau et annoncée par le dieu des Morts, le grand Osiris ? Sous ce climat, les piqûres de moustiques sont fréquentes, mais rares sont celles qui provoquent la mort. Elles donnent le paludisme qui est tout à fait guérissable à cette époque. Pourtant, lord Carnavon en est mort. « Ces hommes vont trouver de l'or... mais aussi la mort ! », un fellah avait alors prononcé ces paroles prophétiques lorsque la porte du tombeau fut détruite par les ouvriers.

Avons-nous le droit de rejeter complètement l'hypothèse d'une malédiction ? Les Égyptiens croyaient dans la vie éternelle de leurs âmes et c'était ce qu'il y avait de plus grand dans leur religion. D'où les malédictions ! D'autres grands « pensants » s'étaient fait l'écho d'une telle croyance ou du moins y réfléchissaient-ils. Platon croyait en l'immortalité de l'âme. Aristote n'y croyait pas. Descartes était pour mais pas Spinoza. Leibniz et Kant défendaient cette thèse dans un sens positif. Hegel était indécis et ses élèves étaient séparés en deux clans : l'un défendait la survivance de notre âme et l'autre la niait catégoriquement.

Quoi qu'il en soit, Carnavon est mort d'une façon absolument inattendue ! Pourquoi a -t-on rependu qu'une piqûre de moustique a été la cause de cette mort et non, ce qui est plus vraisemblable, une piqûre de scorpion, bête sacrée chez les Égyptiens ! Pourquoi a-t-on passé sous silence l'inscription de l'entrée de la tombe rappelée plus haut ? Pendant son agonie, terrible et douloureuse, Carnavon délire en prononçant le nom du pharaon Toutankhamon et dans un moment de lucidité tous ses proches l'on entendu dire clairement : « C'est fini, j'ai entendu l'appel et je me prépare ! »

A l'instant où ces derniers mots ont été prononcés, la lumière s'éteint dans toute la maison. L'infirmière impuissante et surtout épouvantée fuie la chambre. Calmée, elle revient dix minutes plus tard: Lord Carnavon est mort. Il n’avait que 57 ans.

Toutankhamon est-il venu cherché celui qui l'avait réveillé 3000 ans après sa mort ? La légende est née.


Épilogue : Aujourd'hui encore le doute subsiste. Il m'est apparu distrayant de vous conter cette version, plus fantasmagorique. Vous trouverez, en cherchant un peu, des multitudes d'hypothèses. La dernière thèse scientifique démontrerait que des miasmes présents dans la momie du pharaon auraient infecté les poumons de Carnavon qui n'étaient pas aux meilleurs de leur forme. La version du scorpion me fait plus rêver !


2 commentaires:

  1. je trouve que Lord Carnarvon ne devais pas faire sa sinon ils serait encore en vie mais meme si il est parti il reste le meilleur de cherche de tresor d'egypte.

    RépondreSupprimer
  2. et son ecipiers aussi meme si il a surverqu comme ils na pas u de maledection

    RépondreSupprimer