jeudi 24 février 2011

Qui sont les premiers américains ?



En 1492, Christophe Colomb débarquant dans les Caraïbes, découvre que ces îles sont habitées par des tribus indigènes. En 992, Leifr quitte le Groenland pour rejoindre les côtes canadiennes. Le chef viking est lui aussi confronté à des Amérindiens.
Le continent américain est le dernier à avoir été occupé par l’homme. Des populations d’Asie profitant des glaces, auraient traversé le détroit de Béring séparant la Sibérie et l’Alaska. Ces migrations se situeraient aux environs de 12.000 av JC.


Néanmoins, la découverte de pointes de lance en Virginie remet en cause cette explication traditionnelle. En effet, leur datation les situe 5.000 ans plus tôt. Les matériaux employés et les techniques de taille sont similaires à ceux utilisés par des clans européens. Ces derniers sont nommés solutréens, en référence au site de la Roche de Solutré en Saône et Loire. La période solutréenne se situe durant le Paléolithique Supérieur entre -22.000 et -17.000. Elle se caractérise par une période extrêmement froide et sèche, qui bouleverse considérablement les faunes et flores. En effet, les animaux migrent et diminuent, ce qui pose des problèmes pour l’alimentation. Des conflits apparaissent entre et à l’intérieur des clans. La glace recouvre une partie importante des océans de l’hémisphère nord. Les glaces peuvent parfois descendre jusqu’aux côtes portugaises et s’étendre au Canada. Les populations se déplacent vers le Sud, notamment dans le Golfe de Gascogne. Les grottes du Sud de la France et du Nord de l’Espagne contiennent des peintures de phoque, ce qui tend à prouver que les hommes habitaient bien les littoraux et qu’il y faisait très froid. Cet animal constitue une source alimentaire très appréciable. Des chasseurs rejoignent les banquises sur des embarcations de peau et de graisse animale. La zone de chasse peut s’étendre sur plusieurs centaines de kilomètres.

Comment des chasseurs européens se sont ils retrouvés au Canada ? L’hypothèse avancée est la suivante. Des chasseurs auraient été surpris par la fonde des glaces au retour de la belle saison. Les blocs de glace dérivent au gré du courant et rendent la navigation d’autant plus dangereuse. Ces hommes auraient dérivés dans le sens du courant du Golf Stream, ayant une direction Est-Ouest.
Après avoir dérivé plusieurs jours, ces hommes atteignent une terre, qui n’existe plus aujourd’hui. En effet, la fin de l’ère glaciaire a entrainé la fonde des glaces et une hausse du niveau de mer. Ainsi, on estime aujourd’hui que le littoral canadien aurait reculé de 160km. Le nouveau monde a moins subi les effets de la glaciation. Les mammouths sont encore présents en grand nombre. Seulement, il manque aux chasseurs les pierres nécessaires à la confection des lances. En descendant vers le Sud, ils découvrent d’autres animaux comme des bisons, des ours et les tigres aux dents de sable. D’autres personnes ont pu traverser cet immense pont de glace, jusqu’à sa disparition définitive à la fin de l’ère glaciaire.

Des pointes de lance en pierre solutréennes sont retrouvées dans le Sud Est des Etats-Unis. Celles-ci se caractérisent par une taille plus fine, un poids plus léger et un bord plus tranchant. Les archéologues les ont retrouvées dans des caches. Elles sont d’une taille trop importante pour être fixer au bout d’un morceau de bois. Il s’agit probablement d’offrandes, avant de partir à la chasse. Des caches identiques existent en France et en Espagne.
Les populations amérindiennes seraient par conséquent le résultat du mélange des populations européennes ayant traversé l’Atlantique et asiatiques ayant traversé le détroit de Béring. Les recherches actuelles en génétique pourraient en partie infirmer ou confirmer cette hypothèse.

2 commentaires:

  1. le chef viking c erik le rouge non?

    RépondreSupprimer
  2. Benjamin Sacchelli4 décembre 2011 à 23:29

    Erik le Rouge s'est arrêté au Groenland. C'est son fils Leifr, qui poursuit vers l'ouest et met le pied en Amérique du Nord.

    RépondreSupprimer