dimanche 21 mai 2017

Martin Luther


Propos recueillis par notre envoyé spécial temporel en Saxe (Allemagne) en 1560.

Si je me souviens du moine Luther ? Bien sûr, il est né le 10 novembre 1483, à Eisleben, une petite ville pas très loin d'ici. Au début, il faisait la fierté de son père, un ancien mineur qui est devenu maître fondeur par la suite. Après avoir été à l'école de Magdebourg, il avait le niveau pour suivre des études de droit à l'université d'Erfurt. Son père le voyait déjà notaire, avocat ou quelque chose de ce genre.

Tout a changé en 1503 avec cet accident. Je ne sais pas ce qu'il a fabriqué, mais il s'est blessé avec son épée. Il a failli y rester d'ailleurs. Fallait voir tout le sang qu'il perdait. Après ça, il n'a plus jamais été le même. Il avait peur de mourir trop tôt, de ne pas avoir le temps de sauver son âme. Ca l'obsédait. Il en devenait fou. A tel point qu'il a quitté l'université pour se faire moine. Ouhlà ! J'entends encore son père hurler. D'après les rumeurs, il aurait pris sa décision en retournant à Erfurt après avoir rendu visite à ses parents. Il paraîtrait que sur le chemin, la foudre serait tombée à quelques dizaines de mètres de lui. C'était la première fois qu'il a manqué de brûler, si vous voyez ce que je veux dire.
Bref. Le voilà donc moine dans un couvent régi selon la règle de Saint Augustin. Là, on pourrait penser que son anxiété se calmerait. D'autant plus qu'il mettait du cœur à l'ouvrage pour devenir le moine parfait. Il vivait dans une petite cellule même pas chauffée l'hiver. Il jeûnait très souvent, priait et chantait tout le temps. Il s'affligeait des mauvais traitements physiques. Rien à faire. Malgré tout ça, il n'a jamais été convaincu de gagner son salut. Pour lui, il n'arriverait jamais à devenir un moine exemplaire. A cause de ça, il déprimait.
Et puis, un jour, la révélation lui apparaît en préparant l'un de ses cours à l'université de Wittenberg, parce qu'en parallèle de sa vie monacale, il avait entamé des études de théologie et obtenu le grade de docteur. C'était dans l’Épître aux Romains de Saint Paul, chapitre 1, verset 17 : "le juste vivra par la foi". Pour moi, ça ne veut pas dire grand chose, mais pour lui ce fut un soulagement. Que dis-je ? Une libération. Il en déduisit que le salut ne venait pas de l'action de l'Homme, mais uniquement de sa foi en Dieu. Du coup, ce n'était plus la peine de se donner autant de mal dans sa vie de tous les jours.

Tout aurait pu s'arrêter là, mais l'obsession du salut ne le quittait pas, même pour ses semblables. Certaines pratiques de l'Eglise le mettaient dans une rage folle. Le pire c'était la vente d'indulgences. En échange d'une somme d'argent, on pouvait acheter des années de rémission au purgatoire. L'argent, ainsi récolté, remplissait les caisses des évêques et du Pape, qui construisaient des cathédrales, des basiliques et de luxueux palais. Pour dénoncer ses abus, il a rédigé 95 thèses qu'il s'est empressé de placarder sur les portes de la chapelle de l'université. Il y prônait aussi un retour aux sources du christianisme.
Je ne sais pas comment le texte s'est retrouvé dans les mains de l'archevêque de Mayence, mais ce dernier l'a transmis à Rome. Luther se doutait que le Pape devait être en colère, car il n'a pas répondu à sa convocation au Saint-Siège. Avec deux têtes de mule pareilles, la situation ne pouvait pas s'améliorer. Ils se traitaient de tous les noms d'oiseaux, pour rester polis. Et vas-y que le Pape est l'antéchrist. Et vas-y que l'Eglise est une maison de débauche. Avec tout ça, Luther a gagné le gros lot. En janvier 1521, le voilà excommunié et mis au ban de la société. Nous n'avions pas le droit de l'aider sous peine d'avoir des ennuis. Il vivait caché, tremblant de peur. Il risquait d'être assassiné à tout moment sans que le meurtrier soit traduit en justice. Heureusement pour lui, le prince de Saxe l'accueillit dans son château de Wartburg. Il faut dire que les princes étaient trop heureux de défendre un ennemi du Pape. Ils n'aimaient pas les ingérences du Vatican dans leurs affaires. Le Pape édictait des règles et prélevait des impôts dans leurs Etats, sans qu'ils aient leur mot à dire. Les princes et les magistrats des villes se sont bien vite empressés de s'approprier les biens du clergé et ses privilèges. Nous autres aussi, on l'aimait bien à cette époque là. Pensez-donc. Un moine qui tape sur l'Eglise en dénonçant la débauche des clercs et l'arrogance du Pape. En quelques mois, il était devenu une figure de résistance, un héros dans tout l'empire.
Je dois avouer que Luther était un bon communicant. Il a su profiter de l'imprimerie pour diffuser ses idées hors du cercle restreint des intellectuels de l'université. Il rédige ses écrits en allemand et non en latin et pour ceux et celles qui ne savent pas lire, il utilise des images et des chants. D'ailleurs, j'ai retenu les trois grands principes de sa réforme : salut par la foi, la Bible comme seule source d'inspiration du chrétien et sacerdoce universel. En gros, chaque homme est un prêtre qui vit par sa foi. On n’a pas besoin de l'Eglise pour intercéder entre nous et le bon Dieu. Chacun est libre d'avoir accès aux écritures et de les interpréter.

Ce qu'il n'avait pas prévu, c'est qu'en laissant la liberté d'interprétation des Ecritures, chacun y serait allé de sa propre réforme. Par exemple, les anabaptistes refusent le baptême des enfants, car ce n'est pas un choix de leur part. En Suisse Zwingli contestait la présence réelle du Christ dans l'eucharistie. Ici Carlstadt appelait à révolutionner la messe. Il voulait qu'elle soit prononcée en allemand et non en latin, qu'il n'y ait plus de vêtements liturgiques et que de toutes les images représentant Dieu ou des Saints soient détruites. Tout ceci n'a pas plu à Luther. Il s'est empressé de condamner tous ces mouvements et de les dénigrer en parlant d'eux comme des sectes inspirées par le diable.
Luther voulait conduire la réforme le long d'une voie moyenne de façon à convaincre le plus grand nombre. Il n'était pas question de tout révolutionner et encore moins de transposer dans le domaine économique et social ce qui relève de la foi. Il refusait de donner une vision politique à son combat. Luther s'est même fâché avec son ami Érasme, vous savez l'intellectuel hollandais. Il lui reprochait de vouloir assigner à Dieu un sens de la justice conforme aux aspirations humaines. Lorsque les paysans allemands se sont révoltés contre les princes pour réclamer plus d'égalité et moins d'impôts, il ne les a pas soutenus. C'est à ce moment là qu'il a perdu le soutien d'une partie du peuple. Les gens disaient qu'il s'était embourgeoisé. Bon d'un autre côté, je ne suis pas sûr qu'il avait vraiment le choix. Sans l'appui des princes, il n'aurait pas pu diffuser sa réforme et il est certain qu'il aurait fini au bûcher. Pour sauver sa vie, il s'est soumis au pouvoir séculier. Il est mort le 18 février 1546.

Aujourd'hui, la paix d'Augsbourg a mis un terme aux conflits entre Etats catholiques et protestants grâce au principe cujus regio, ejus religio. Les sujets qui sont en désaccord avec leur prince peuvent migrer. Les deux tiers de l'empire ont adhéré à la Réforme. C'est la première fois qu'une doctrine considérée comme une hérésie par l'Eglise parvient à s'imposer. Il ne s'agissait pas seulement de la contestation de l'Eglise par un moine, mais d'un courant qui cristallisait nos aspirations. Enfin, bon, ça c'est mon avis.

Sources
Texte : Christophe MIGEON, "Luther : le triomphe de l'hérésie", Les Cahiers de Sciences et Vie, n°168, avril 2017, pp 75-79.

Image : http://www.viabooks.fr/sites/default/files/auteur/Martin%20Luther.jpg

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire