vendredi 2 novembre 2012

Alexandre le Grand homosexuel ? Le doute Hephaestion.

-->
Il est un fait, sur la possible homosexualité d’Alexandre, qu’il faut relever immédiatement. De toute sa vie, aucun acteur privilégié, c’est à dire proche du conquérant – et ils sont nombreux -  n’a jamais affirmé ou constaté de visu le voir pratiquer une relation sexuelle avec un autre homme. Cependant aucun non plus n’affirme qu’il n’en a jamais eue. La seule énigme tourne autour du seul et même homme avec qui il partage très souvent son quotidien: Héphaestion. Savoir si ces deux hommes ont un jour ou l’autre sauté cette fragile frontière qui sépare la grande amitié de l’amour restera pour l’éternité en suspens… du moins pour le moment !

Il faut s’attarder un instant sur l’ami intime d’Alexandre, celui qui lui sera toujours fidèle. Héphaestion naît à Pella, la même année qu’Alexandre. Fils d'Amyntas, un aristocrate macédonien, il reçoit également la même éducation que lui auprès du philosophe Aristote dans son adolescence. Il est un homme fort et beau. Certaines anecdotes de la vie d’Alexandre révèlent que les deux amis se ressemblent beaucoup, de par leur stature et leur taille. Physiquement proche, Héphaestion apparaît même parfois comme plus beau qu’Alexandre, si bien que leurs ennemis pouvaient les confondre. Héphaestion est quelqu’un de discret car de leur sentiment et de leur relation, c’est Alexandre qui sera le plus loquace. Il ne semble n’avoir en tête que le bonheur et la réussite de son ami. Des tensions et des jalousies éclatent parfois parmi les intimes d'Alexandre quand celui-ci donne son entière préférence au seul Héphaestion. Cratère, autre grand ami et général d’Alexandre, affirme un jour, désabusé :
      « Cratère aime le roi, mais Héphaestion, lui, aime Alexandre ! »

Très tôt, c’est-à-dire dès l’enfance, le lien qui les unira toute leur vie restera perceptible. Durant leur enfance, Olympias, très possessive, laisse souvent éclater sa jalousie et sa rancœur envers le beau Héphaestion. Plusieurs fois elle intime à son fils de ne pas lui faire entièrement confiance. Peut-être soupçonne–t-elle déjà leur relation, ou bien Alexandre lui en a-t-il déjà fait la confidence. Si tel est le cas, alors Héphaestion est considéré par beaucoup comme un ennemi car il est un frein au mariage de l’héritier au trône. Olympias réitèrera sa méfiance quant à leur trop grande affection tout au long du périple oriental de son fils, dans la correspondance soutenue qu’elle entretiendra avec lui.

Beau et de fière allure, Héphaestion n’en est pas moins un redoutable soldat. Il combat d’ailleurs toujours au côté d’Alexandre lors d’une bataille. Tout au long de sa carrière militaire, il ne fait que de monter en grade pour progressivement prendre les postes les plus prestigieux, de somatophylaque - garde du corps - à celui de chiliarque - fonction administrative se rapprochant du satrape perse - ce qui a eu pour effet de le rapprocher peu à peu de « son » Alexandre. Autour d’eux, les bruits et les rumeurs courent. De surcroît, on les surprend quotidiennement partageant la même tente, les mêmes plats et parfois la même coupe. Confiant en l’infaillible lien qui les unit, Alexandre partage toute son intimité avec Héphaestion en lui faisant lire les propres lettres de sa mère.

Le personnage d’Héphestion ne laisse pas indifférent les divers auteurs et tous ont eu leur avis sur l’ambigüité de cette relation qu’ils entretenaient. Beaucoup de sources ne disent rien sur un quelconque lien charnel, et même l'auteur Athénée, qui dépeint Alexandre comme un amateur de jeunes et beaux garçons, ne citera jamais Héphaestion comme étant son amant. Cet attachement semble toutefois ne faire aucun doute chez les proches du « couple macédonien », même si les biographes antiques semblent prendre un malin plaisir à entretenir le mystère. Malgré toutes ces informations qui sont autant de preuves d’un réel et fort amour, force est de constater qu’en réalité personne ne sait grand chose sur la vraie nature d’Héphaestion, malgré l’importance qu’il revêt aux yeux d’Alexandre.

Pourtant un épisode de la vie mouvementée d’Alexandre confirme l’immense amour que le roi porte à son « favori ». Il intervient juste après le débarquement d’Alexandre en Anatolie. Il faut imaginer que le roi part pour l’Asie, la tête pleine de rêves pour cette terre qui fut le théâtre des antiques et héroïques exploits des guerriers des épopées homériques et de son modèle Achille. Et ce n’est pas un hasard si, avant d’entamer son parcours asiatique, Alexandre veut s’arrêter à Ilion, là où se trouve l’ancienne mythique cité du roi Priam et de ses fils Hector et Pâris : Troie. Le lien énigmatique qui relie Alexandre et Héphaestion trouve un sens tout particulier dans les ruines de Troie. En effet, tout comme Achille avait Patrocle, Alexandre à Héphaestion. Et tandis qu’Alexandre rend les honneurs en se recueillant entièrement nu – signe de sa totale dévotion - devant le tombeau d’Achille, Héphaestion en fait de même avec celui de Patrocle. Ce geste symbolique montre toute l’affection que les deux hommes peuvent avoir l’un pour l’autre et la confiance mutuelle qui les habite. Frustré de ne pouvoir clamer tout haut son amour, Héphaestion laisse peut-être entendre par ce geste qu’il est le « mignon » d’Alexandre.

A n’en point douter, Alexandre ne veut en aucun cas reproduire les mêmes erreurs que son divin ancêtre qui, de par sa colère, avait envoyé Patrocle à la mort. Il n’existe donc aucun mystère sur l’amour et l’affection que se portent Alexandre et Héphaestion, mais existe-il un quelconque lien charnel entre les deux hommes ? Leurs gestes l’un envers l’autre à Troie n’en sont pas moins à la fois troublants et révélateurs, même si on peut également les considérer comme un acte fraternel et guerrier.

Comment Alexandre apparaît-il devant ses proches ? Philippe voyait son fils comme une jeune fille enamourée, Démosthène le considérait comme un enfant gâté et la plupart des vétérans de l’armée macédonienne comme un jeune homme inexpérimenté et romantique. Pourtant, Alexandre ne manque pas de marquer sa différence, sa fierté et son orgueil mâle. C’est ainsi que, toujours à Troie, il refuse la harpe légendaire du beau Pâris qu’on lui offre. D’un geste royal et méprisant, il renvoie l’objet affirmant que celui qui avait subjugué la belle Hélène qu’il n’était qu’un efféminé sans gloire.
     « Qu’est ce que ce présent ? On veut me faire porter l’emblème de la fourberie qui insulte le peuple grec ! Qui est ce Pâris qui jouait de la harpe comme une femme et qui fuyait au combat comme un lâche ? »

Alors? Mystère! 

Source: 
Plutarque, Vie d'Alexandre
Arrien, Anabase
Athénée, Livres 
Arthur Weigall, Alexandre le Grand

14 commentaires:

  1. J'ai adoré cet article et appris bcp de choses sur le vie intime d'Alexandre surtout que je ne connaissais pas Héphestion.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Article court et en même temps très détaillé, j'ai appris en vous lisant merci pour ce court !

    RépondreSupprimer
  3. wow qui l'aurait cru

    RépondreSupprimer
  4. Je pense qu'ils étaient amants mais en même temps je suis super fleur bleue...

    RépondreSupprimer
  5. Alexandre aimait Hepestion comme un frère. Delà à pensé qu'ils aient paséo la cap! Il est vrai qu'à l'adolescence, les jeunes se cherchent. Alors peut-être que....

    RépondreSupprimer
  6. J'ai adoré l'article, très bien rédigé et interessant. Grand personage qu'Alexandre ! et ce mystère qui l'entoure laisse rêveur ...

    RépondreSupprimer
  7. Alexandre était attiré par certains hommes, ce qui est normal a cette époque et surtout avec une mère comme olympias, castratrice, abusive, possessive, beau et Libre......

    RépondreSupprimer
  8. Alexandre était attiré par certains hommes, ce qui est normal a cette époque et surtout avec une mère comme olympias, castratrice, abusive, possessive, beau et Libre......

    RépondreSupprimer
  9. Alexandre était attiré par certains hommes, ce qui est normal a cette époque et surtout avec une mère comme olympias, castratrice, abusive, possessive, beau et Libre......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai relu depuis plusieurs jours tout ce qui a été écrit sur ALEXANDRE y compris en grec ancien.Rien ne permet de supposer même qu'il ait été homosexuel.Au contraire, Plutarque rapporte des propos virulent contre le "pédéraste" Dymnus à propos de la mort de Philotas. Le texte ci-dessus, faussement documenté, rappelle les démonstrations de l'homosexualité de Richard cœur de Lion et de Montaigne. Cà n'est pas très sérieux!

      Supprimer
    2. Certainement tu n'as pas lu tout ce qui a été écrit à ce sujet en grec (et pourquoi tu méprises les sources latines?)Athénée dans Les Deipnosophistes (13, 80) écrit: φιλόπαις δ᾽ ἦν ἐκμανῶς καὶ Ἀλέξανδρος ὁ βασιλεύς, et seqq.

      Supprimer
  10. Voici un texte trouvé sur Google et présentant les diverses facettes de l' "amour-Amour-AMOUR..." que les Grecs différenciaient, soit l'amitié, l'amour maternel ou paternel, l'amour Divin, l'amour platonique, le désir charnel, enz.
    Bonne lecture!
    (compte clôturé)le samedi 29 mai 2010 à 20h59
    Ce texte de Catherine Bensaid revient me rappeler combien les grecs avaient un vocabulaire riche pour ce mot "amour". J'ai souvent perçu des degrés dans mes relations. Il me semble que les amours plurielles donnent encore plus de chance des les expérimenter, et simultanément parfois.

    - Porneia (du grec pornê, prostituée) : L'amour est dévorant, on attend de l'autre qu'il nous nourrisse.

    - Pathos (souffrance, passion) : L'amour est passionné, possessif, il s'agit d'une demande inquiète et obsessionnelle.

    - Eros (désir des sens) : L'amour est désir. Dès que l'autre sort de cette illusion de perfection, on ne l'aime plus.

    - Philia (amitié) : L'amour est amical, non parce qu'il exclut le désir, mais parce qu'il apprend à le découvrir, de part et d'autre, et à le dire. Afin que chacun puisse l'entendre et s'entendre.

    - Storgê (amour familial) : L'amour est tendresse. Pas seulement douceur, mais aussi tension : tendre vers l'autre, être attentif, attentionné.

    - Charis (grâce, faveur) : L'amour est grâce. Le bonheur d'être ensemble est un cadeau. Cet accord profond permet d'être pleinement l'un avec l'autre. La quotidien prend toute sa saveur, se teinte de cette folie qui nous permet d'élargir l'horizon, d'aller vers l'inconnu.

    - Agapê (amour divin) : L'amour est don. C'est la part inconditionnelle de l'amour. Là s'ouvre la porte de l'amour véritable, qui est une oeuvre à accomplir.

    Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

    RépondreSupprimer
  11. Il me semblait que l'homosexualité était completement acceptée dans la Grece Antique et que les relations entre hommes n'étaient pas une entrave à des relations heterosexuelles par ailleurs. Si ca n'a pas été documenté, ca pourrait simplement être dû au fait que ca n'a pas eu lieu, ou que c'était tellement normal que ca n'a pas été relevé.

    RépondreSupprimer
  12. Dans l'armée grecque l'homosexualité était fortement encouragée parce qu'on pensait que des amants se battaient plus volontiers et de manière plus efficace lorsqu'ils s'aimaient ! le fait est que la femme était bien souvent cantonnée au gynécée et affectée essentiellement à la tâche de reproduction de l'espèce ! (d'où plus tard les mouvements d'émancipation de la femme grecque sous l'impulsion de la poétesse Sapho )

    RépondreSupprimer