lundi 27 janvier 2014

Sumer: la création de l'homme, une révolution!



Toutes les civilisations ont écrit et pensé la création du monde et des hommes. Toutes ont en commun d'avoir imaginé cette naissance voulue par des dieux plus ou moins bienveillants. On remarquera cependant que les religions polythéistes diffèrent des religions monothéistes dans la conception de cette création. Si les dieux imaginent l'homme comme une vile créature de moindre importance, Dieu quant à lui, place Adam comme l'être vivant le plus important sur terre. Néanmoins, il est intéressant, cultivant et même amusant d'aller voir, comme j'aime le faire, comment la première civilisation a imaginé tout cela. Les lettrés de Sumer ont écrits sur tout et ils nous ont laissé leur vision de leur création et de leur place dans le monde.

Il faut déjà imaginer qu'avant d'être une civilisation de l'écrit, Sumer a été pendant plus d'un millénaire une civilisation de l'oral. Aussi, lorsque les scribes et les prêtres, à partir de 3200 avant notre ère, mettent sur les tablettes d'argiles les histoires des dieux et des hommes, celles-ci remontaient déjà très loin dans le temps. Et ce qu'ils transmettent à leurs descendants est loin de mettre l'homme à son avantage! Il s'agit en fait d'une vision funeste et pessimiste de son rôle à jouer ici-bas.

L'homme est né par défaut, suite à une véritable révolution dans les cieux.


Oubliez Dieu, bienveillant, créant l'homme à son image après avoir créé la terre et le mettant dans le jardin d'Eden dans lequel il pourra se laisser vivre pendant que son maître tout puissant l'entretient. La terre, pour les Sumérien, a été créée par les dieux pour les dieux. Après la classique séparation des eaux, de la terre et du ciel - thème commun que l'on retrouve dans biens des mythologies - An dans les cieux et son fils Enlil sur terre, se partagent le pouvoir et gouvernent. En dessous d'eux existent deux castes de dieux. Les Annunakis sont les dieux primordiaux - les Éa (Enki), Inanna (Ishtar) et autre Ningirsu - ceux qui ne travaillent pas et qui partagent la table de leur roi Enlil. Les Igigis sont quant à eux des êtres divins inférieurs. Ils sont au service des dieux primordiaux, bâtissent leurs maisons, creusent les canaux d'irrigation, cultivent les champs, produisent la bière et servent à table.

Après plusieurs millénaires, les Igigis, fatigués de ce statut quo, décident de se rebeller et comme le dit les textes, ils jettent leurs outils de travail, les brulent et assiègent les Annunakis trop occupés à dormir dans leur forteresse. Bientôt réveillé par le tumulte et ses serviteurs, Enlil réuni les siens et proposent de régler ce différend par le sang. Éa, dieu de la sagesse, lui rappelle que s'il défait les Igigis, personne ne produira plus la nourriture et les dieux mourront bientôt de faim. Vous apprendrez vite en lisant la mythologie sumérienne à quel point les dieux sumériens sont feignants! Aussi, Suivant les consignes avisées d'Éa, Enlil préfère envoyer un messager qui rapportera la parole des deux camps. Un consensus se fait sur une proposition de l'infatigable Éa. Son idée: fabriquer un esclave docile, mortel et faible qui pourra travailler sans relâche pour les dieux sans jamais se rebeller.

Éa prend de l'argile et sacrifie un Igigi, il réunit les deux et modèle un être nouveau: l'homme est né!

Cependant, l'homme moderne n'est pas encore véritablement né. En effet, Enlil va bientôt être courroucé par cette création. L'homme est mortel mais il vit très longtemps (plusieurs centaines de milliers d'années nous racontent les listes royales sumériennes) et se reproduit vite si bien qu'il peuple bientôt l'ensemble de la terre et un murmure bruyant et ininterrompu monte jusqu'au ciel. Le roi des dieux ne peut plus dormir tranquille! Enlil décide alors de détruire l'humanité et provoque plusieurs catastrophes dont la dernière, le déluge, détruit la création d'Éa qui retourne à l'état d'argile. Mais qui va produire désormais le pain et la bière? Là encore Éa intervient. Il sauve une de ses malheureuses créatures en la personne d'Atrahasis (ou Uta-Napishtim) qui une fois retourné sur terre effectue un sacrifice qui attire les dieux affamés comme des mouches. Atrahasis obtient l'immortalité mais Enlil prend de grandes décisions afin de ne plus être obligé d'en venir à de telles extrémités. Il décide de réduire le temps des hommes sur terre, de multiplier la mortalité infantile ainsi que la proportion des femmes infécondes (volontairement ou non, en effet, certaines deviennent prêtresses et ne peuvent enfanter). Ainsi, les hommes ne seront plus jamais assez nombreux pour empêcher les dieux de dormir!

Nous sommes leurs enfants!   

images: cartouche d'Enki puis d'Enlil.

Voir:  http://lesitedelhistoire.blogspot.fr/2011/12/atrahasis-et-utanapishtim-les-noe.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire