vendredi 20 juillet 2012

21 juillet 356: Naissance d'Alexandre le Grand

-->
21 Juillet 356 av. notre ère. Le monde s’est arrêté quelques instants. Par une nuit chaude et orageuse pour ne pas dire cyclonique, la reine de Macédoine, la belle et farouche Olympias, est délivrée de ses souffrances et dévoile de sa chair le résultat de ses amours avec son tout puissant mari Philipe. La reine enfante un beau bébé mâle bien portant. Celui qui vient de voir le jour pour la première fois est annoncé comme un monstre qui va déchirer le monde antique et le modifier jusque dans ses plus inébranlables fondations. Le futur prodigieux du jeune nourrisson, auquel on donne le nom d’Alexandros, ou Alexandre, est déjà visible depuis la fenêtre de la chambre de la reine jusqu’en Anatolie: un couple d’aigles puissants et majestueux - sûrement Zeus et Artémis – veillent silencieusement sur le berceau d’Alexandre, tandis que le merveilleux temple d’Ephèse de cette même déesse Artémis, trop occupée à veiller le nourrisson, est en proie aux flammes du pyromane Erostrate. Horreur ! Artémis a laissé son temple sans surveillance et les prêtres de la déesse annoncent après de très brèves concertations qu’un terrible fléau est né et qu’il va s’abattre sur l’Asie. Des prêcheurs affolés annoncent même la chute du grand et puissant empire des perses Achéménides qui dominent pourtant de l’Egypte à l’Indes – qu’est-ce que la Macédoine à côté ?

Est-ce tout ?

Non, bien sûr, la légende est encore plus belle. Philippe lui-même, reçut des gages de l’avenir héroïque de son fils. Mais en a-t-il seulement conscience ? Il est absent et loin en campagne militaire. Voilà plusieurs mois qu’Olympias lui tourne le dos, arpentant les couloirs du délicieux palais royal de Pella en affirmant que l’enfant qu’elle porte vient de Zeus lui-même. Aussi, furieux il préfère se concentrer sur l’agrandissement et la fortification de son frêle royaume. Voilà que Philippe reçoit la nouvelle de la naissance d'Alexandre. A l’instant même, un nouveau messager lui rapporte la victoire du sage et fidèle Parménion sur la cité de Potidée en Chalcidique où les Illyriens sont enfin soumis et vaincus. Finalement, voici un dernier message qui cette fois annonce au roi que son cheval a remporté brillamment une course aux prestigieux jeux d’Olympie. Décidément la vie/légende d’Alexandre commence fort.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire