dimanche 28 août 2011

La machine d'Anticythère, le premier ordinateur de l'humanité?


Qui parlerait d’ordinateurs avant le XXe siècle ? Pourtant, l’homme a toujours eu cette capacité impressionnante à innover, à inventer. C’est ce qui fait de nous l’espèce animale la plus évoluée de notre chère planète. Lorsque l’on parle de « technologie » aujourd’hui, on imagine son portable, sa tablette, sa télévision… et surtout son ordinateur. D’ailleurs, quoi de plus révolutionnaire que les ordinateurs. C’est vers les années 60 qu’ils se développèrent en masse. La seconde guerre mondiale, avec son intense activité technologique qui en a découlé, avait déjà développé ces générations de machines permettant à l’homme de transcrire, coder et calculer. Jusque dans les années 80, l’ordinateur est resté une technologie réservée aux entreprises, aux armées et aux administrations. A partir des deux dernières décennies du XXe siècle se développent des ordinateurs pour les familles ; des machines aujourd’hui rendues indispensables au quotidien… et vous-même, si vous lisez ces lignes, en êtes la preuve. Une question demeure : savez-vous quand l’homme a inventé une machine – un ordinateur – capable mécaniquement d’aider l’homme à calculer et à réfléchir ?


Il nous faut encore une fois sauter les siècles… voir les millénaires. Tout commence pourtant par une banale pêche sous-marine à l’aube du XXe siècle. Deux hommes découvrent une épave près de l’île d’Anticythère dont la cargaison, précieuse puisqu’ils sortiront de l’eau des statues et des métaux précieux, semble après analyse remonter au premier siècle avant notre ère. Un morceau de pierre est alors découvert et analysé. On relève des inscriptions en grec incrustées à l’intérieur puis … des engrenages ! Les chercheurs poussent plus loin leurs investigations et arrivent à la conclusion que la « pierre » est en fait une boîte en bronze rouillée renfermant un mécanisme à engrenage complexe. Pour quelle utilité ?


Une énigme se dessine. Pendant longtemps les historiens ont considéré les hommes antiques comme incapables de réaliser des mécanismes si complexes. En 1905, le philologue Albert Rehm pense avoir résolu l’énigme de la fonctionnalité de la boîte : il s’agit d’une machine astronomique, un authentique calculateur de positions des astres tels que le soleil et la lune sur les signes du zodiaque. Le mécanisme fonctionnait à l’aide d’une manivelle. Des analyses plus récentes tendent non seulement à vieillir la machine d’au moins un siècle, mais à prouver que ce mécanisme permettait également de calculer les éclipses lunaires et solaires, les différentes phases de la lune et de prévoir le mouvement de certaines planètes (selon les écritures, a minima Vénus et Mercure ; difficile dès lors de ne pas y intégrer Mars, Jupiter et Saturne déjà connues !). Les historiens découvrent également des inscriptions sur le calendrier indiquant des dates de divers jeux antiques grecs ! Une prouesse remarquable. On connaissait la grande érudition des civilisations anciennes en matière d’astronomie… mais de là à construire une machine capable de lever les yeux au ciel à la place de l’homme ….


Mais alors qui en est l’inventeur ? La machine a été nommée – à juste titre – machine d’Anticythère. Plusieurs noms célèbres de possibles inventeurs sont venus alimenter le débat : notamment Archimède et Hipparque. Le second a longtemps été le favori des historiens de par ses qualités d’astronome avant que l’on ne retrouve des écrits de Cicéron, grand admirateur d’Archimède, qui décrit une machine similaire ramenée d’un siège de Syracuse, lieu de vie et de décès du grand mathématicien grec.


Pour ma part, il ne peut y avoir un unique inventeur à cette machine si sophistiquée. En effet, si la conception et la technologie semblent bien grecques, la science utilisée a été empruntée à d’autres civilisations. Ainsi, le cycle lunaire décrit celui utilisé par les astronomes babyloniens un millénaire avant la fabrication de la machine. Enfin, le calendrier incrusté était celui des anciens habitants des bords du Nil, les Egyptiens. A l’image de l’internationalisation des sciences d’aujourd’hui, les Grecs avaient rassemblé les savoirs de deux des plus grandes civilisations qui les avaient précédés pour constituer une machine astronomique révolutionnaire : le premier ordinateur de l’humanité … jusqu’à une prochaine découverte !



Reproduction de la machine d'Anticythère par Mogi Vicentini

3 commentaires:

  1. Aucune explication permettant de savoir comment Mogi Vicentini a procédé pour sa reproduction.Nul!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais allo quoi ? T'as besoin de commentaire sur Mogi Vicentini... Non mais allo ?

      Supprimer
    2. Ben oui!!!!!Tietiene!:p

      Supprimer