lundi 30 mai 2011

Marc Antoine et la tortue

Comment d’une retraite militaire peut naître la plus remarquable et la plus célèbre manœuvre militaire de l’antiquité. Elle sera même toujours considérée par Machiavel comme le symbole de la puissance militaire de ses aïeux romains: la formation en tortue. Même les enfants, ardents lecteurs des aventures d’Astérix, en connaissent le principe. Les soldats romains forment un carré et sont protégés par leurs boucliers devant, derrière, sur les flancs et enfin sur leur tête. Le pilum, sorte de javelot, se place dans les interstices des boucliers. Alliant défense et attaque, la tortue romaine est une redoutable machine de guerre. Rendue insensible aux attaques de flèches et autres lances, la tortue avance inexorablement en formation compacte ne laissant aux assaillants, souvent désorganisés, qu'une seule option possible : la fuite.


Comment la formation de la tortue est-elle née ? On la doit au deuxième plus célèbre amant de la divine Cléopâtre d’Egypte : Marc Antoine (-83 à -30). Fils spirituel de Jules César, Marc Antoine obtient du Sénat Romain le droit et le devoir de défendre et d’accroître la domination romaine en Orient (Grèce et Asie). Octave, son rival, est à Rome et s’occupe de l’Occident. L’Imperator oriental jouit d’un grand prestige militaire depuis son rôle à la bataille de Pharsale en -48 et de Philippes en -42 (où il venge l’assassinat de César en défaisant Brutus). Malgré le combat acharné d’Octave qui, depuis Rome, souffle sur les braises des rumeurs mal intentionnées à son égard, Marc Antoine administre l’Orient et prépare une expédition contre les Parthes en -37. Son principal allié est et restera jusqu’à son suicide en -30, l’Egypte et l’envoûtante Cléopâtre qu’il épousera et avec qui il aura trois enfants.


Marc Antoine part donc avec son armée vers l’Arménie et l’Iran qui virent triompher Alexandre le Grand trois siècles plus tôt. La tête pleine de rêves, imaginant revenir à Rome couvert de gloire, réduisant ainsi l’influence néfaste d’Octave, le général romain ne récolte hélas que la défaite. Mal préparée, trop impatiente et surtout essuyant un hiver désastreux, l’armée romaine est mise en déroute et harcelée pendant tout le chemin du retour. C’est là que naît la tortue. Poursuivant les romains, les Parthes décochent des milliers de projectiles – flèches et balles de fronde – qui n’en finissent qu’avec la nuit tombante. Le génie peut parfois naître du chaos. Voulant sauver ses hommes, les insignes et les bagages des lambeaux de son armée, Marc Antoine invente alors la formation en tortue qui, après quelques jours d’entraînements forcés est parfaitement assimilée par ses hommes. En quelques instants, voyant les Parthes approcher, les romains se rassemblent et deviennent « insensibles » aux attaques éloignées des tireurs parthes. Ceux-ci envoient alors leurs cavaliers. Qu’à cela ne tienne, Marc Antoine a pensé à tout ! Les premiers rangs tendent leurs pilums et dès que les cavaliers s’approchent de trop près, la tortue devient un hérisson bien piquant.


L’époux de Cléopâtre ne jouira pas longtemps de sa formidable invention. Sauvant un peu de sa renommée en -35 avec l’asservissement de l’Arménie et de la Médie, Antoine ne pourra pas utiliser la force de ses formations en tortue face à Octave à Actium en -31 : la bataille qui allait décider du sort du monde antique s’est déroulée… sur mer. Un paradoxe vu de quel animal s’inspire sa géniale invention !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire