lundi 31 janvier 2011

Francion, le premier roi de France

Toute nation, surtout dans sa prime jeunesse, se cherche des origines glorieuses peuplées de personnages héroïques. Les souverains de la France moyenâgeuse, de la première dynastie mérovingienne jusqu’aux capétiens en passant par les carolingiens, ont voulu asseoir leur suprématie sur cette vaste étendue géographique comprise entre le Rhin, l'Atlantique et les Pyrénées, grâce à des récits légendaires et mythiques. Les rois francs (hommes libres), depuis la chute brutale de Rome en 476, aspirent à rétablir l’ancien l’Empire Romain, ou tout du moins l’égaler.


Rome fut fondée, selon la légende, par deux frères : Romulus et Remus. Tous deux sont des descendants d’Enée, un survivant de la guerre de Troie. La cité aux sept collines a donc pour origine un héros de la plus célèbre bataille de l’Antiquité. Les premiers historiens et érudits du monde mérovingien ont donc cherché à donner à la première dynastie franque une légitimité non pas historique qui rappellerait ses souches barbares, mais mythique qui la rattacherait à l’antique civilisation grecque. En effet, le mythe d’Enée démontre que la culture latine était fille de la culture grecque. Aussi, rien ne pourrait être plus merveilleux, pour la jeune nation franque, qu’une ascendance remontant à la plus grande et plus ancienne culture que l’occident n’ait jamais connu. Les Francs n’aurait plus rien à devoir à l’héritage de Rome et ses mille ans d’histoire.


Frédégaire, un obscur et mystérieux érudit bourguignon du VIIe siècle, a écrit une histoire légendaire des origines du royaume de France (Historia francorum). Une histoire reprise par la suite, subissant ajouts et retouches jusqu’au XVIIe siècle.


Voici donc le récit de Francion, défenseur de Troie et rescapé de cette dernière. Fuyant la cité en flamme, il s'installe avec d'autres compagnons d’infortune sur un territoire compris entre le Rhin et le Danube et fonde avec eux une puissante ville nommée Sicambrie. Il bat les différentes tribus dont les Alains et se forge une solide réputation. De noble lignage, il devient logiquement le chef et fonde sa propre « dynastie » éponyme des Francs – et donc de la France - qui se perpétuera jusqu’aux premiers chefs francs historiquement reconnus ou avérés tel que Pharamond. Le récit s’enrichira au cours du Moyen-Age jusqu’à l’époque Moderne. En effet, l’ascendance de Francion ira au delà de l’aura d’Enée puisque Guillaume le Breton (XIIe - XIIIe siècles) en fait le fils d’Hector et donc le petit-fils du roi Priam. Enfin, Jean Lemaire de Belges (XVIe siècle) donne à Francion des origines gauloises car il fait remonter la création de Troie par d’anciens colons Gaulois. La venue de Francion en Gaule n’aurait été alors qu’un retour aux origines.


A partir du XVIIe siècle, le récit de Francion tombe dans la fable puis dans l’oubli.



(Francion vétu de lys, surveillant les travaux de construction de Sicambrie)


3 commentaires:

  1. il est curieux que vous ne parliez pas des fameux "rois" francs entièrement légendaires aussi qui avec les Marcomir et Anténor et autres ont été donnés comme ancêtres des mérovingiens ; des généalogies plus que mythiques existent pourtant de ces "princes" dont on pense que les "inventeurs" vivaient au XV ème siècle de notre ère, on les donne comme descendants de ce Francion et on les associe avec plus ou moins de rigueurs aux prétendus ancêtres de Mérovée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces rois ne sont aucune légendaire, jusqu'à preuve du contraire.

      Et génétiquement, la majorité des Français sont porteurs de l'haplogroupe R1B comme les Hittites(Troyens inclus)

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer