mercredi 14 juillet 2010

Coup de feu le 14 juillet 1789!


Avant mon article sur l'école à Sumer, comment ne pas dire un mot aujourd'hui sur ce 14 juillet où nos militaires et autres politiques paradent!

Que savons-nous aujourd'hui de cet héritage légué par nos ancêtres révolutionnaires?

Une chose frappante à tous les 14 juillet réside dans l'incapacité d'un certain nombre de français de dire - même de manière éloignée - à quoi correspond la fête nationale!

Feu d'artifice, parade militaire... oui mais pourquoi?

Un bref rappel des faits:

La France capétienne ne tient plus son peuple, lassé des privilèges et des impôts, les bourgeois, riches et aisés qui veulent avoir leur mot à dire dans la politique, et enfin ses nobles, ruinés par la vie de cours, et qui veulent rétablir un certain nombre de droits - c'est à dire impôts - féodaux. Tout le monde connaît l'histoire: Louis XVI convoque les États Généraux, seule haute autorité qui peut contraindre la décision d'un roi, qui se soustrait au roi en se proclamant Assemblée Nationale représentant le peuple.

Le fameux 14 juillet 1789, la foule parisienne, de peur de représailles royales et étrangères, décide d'entamer des pourparlers avec le directeur de la Bastille, prison royale et symbole du despotisme, afin d'obtenir des munitions pour les armes qu'elle avait pillée aux Invalides!

Le mystère de cette fameuse journée vient d'un coup de feu! L'Histoire se fait souvent sur des détails. Pendant les négociations, un coup de feu aurait retenti; un coup de feu que tout le monde n'a pas entendu... mais déjà les meneurs haranguent la foule que la crainte d'une attaque imminente avait rendu échauffée.

La suite nous la connaissons: une attaque héroïque et un fait d'arme exceptionnel... En fait pas du tout! La Bastille ne comprenait qu'une dizaine de soldats pour à peine sept prisonniers!

Aujourd'hui donc, nous commémorons, en France, le symbole du retournement guerrier du peuple parisien - un mouvement suivi ensuite dans les grandes villes françaises - contre un symbole de la monarchie absolue. Un épisode certes dans le détail peu héroïque - ce n'est ni Austerlitz, ni Marignan - mais lourd de sens.

La Révolution française, fondation de notre esprit républicain, a donc commencé par un mystérieux coup de feu... que nous commémorons aujourd'hui par de nombreux coups de feux... d'artifice!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire