lundi 18 juillet 2011

Cérès, la planète oubliée

Combien notre système solaire compte-t-il de planètes ?


Des maigres cours d'astronomie que nous avons reçus pendant notre scolarité, nous avons retenu les neuf planètes du système solaire : Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton. Les hommes les ont toujours eues au dessus de leurs têtes et les ont observées pour la plupart. Des temps préhistoriques à nos jours, elles fascinent, émerveillent et sont utilisées. Elles servent à définir les saisons aux agriculteurs, les temps de transhumances aux sédentaires et la route à suivre pour les voyageurs. Dans mon enfance, intéressé par le sujet, je m’étais passionné pour la recherche de la fameuse planète X, une dixième planète au-delà des confins gelés de l'orbite de Pluton. A cette époque, elles étaient neuf, on en cherchait donc une dixième. Aujourd'hui, tout a changé ! Elles ne sont plus que huit et on trouve régulièrement pleins de nouveaux corps, pas plus gros que notre bonne vieille lune, qui tournent au-delà de Pluton. En effet, cette dernière a été reléguée depuis 2006 au rang de planète naine et donc « éjectée » de la liste désormais très sélective de la catégorie des planètes.


Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne sont connues depuis l’Antiquité et même peut-être depuis la préhistoire. Uranus fut longtemps observée et classée comme étoile avant que William Herschel ne comprenne son caractère planétaire en 1781. La découverte de Neptune, quant à elle, est encore plus remarquable. Elle passa toujours inaperçue dans le ciel, et sa découverte est due aux calculs mathématiques du Français Urbain le Verrier et de l’Anglais John Adams qui interprétèrent par les chiffres les perturbations cosmiques, constatées sur la révolution d’Uranus par Alexis Bouvard. En 1846, la planète est observée à l’emplacement exact où les deux astronomes l’avaient calculé.


Pluton est découverte par l’Américain Clyde Tombaugh en 1930. Plus tard, au XXIe siècle, d’autres planètes comme Eris, Hauméa ou encore Makemake, sont cataloguées « planètes naines » ou « plutoïdes » de par leur taille et leur place au-delà de Pluton. Et voilà ! Il nous faut aller plus loin, toujours plus loin pour faire des découvertes… vous croyez ?


Si le monde scientifique de la fin du XVIIIe siècle s’est passionné pour la recherche de planètes après la découverte d’Uranus, les astronomes, tant amateurs que professionnels, n’avaient pas la phobie du « toujours plus loin ». Au contraire, la grande mode de ce petit monde était de chercher plus près ces sphères étranges qui flottaient dans le néant spatial. Et les lunettes astronomiques furent toutes braquées dans une région de notre système solaire assez insolite et peu connue : la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter.


Tout commence par une loi. Une loi scientifique dite de Titius-Bode qui tentait de démontrer que les distances entre les planètes du système solaire évoluaient de manière empirique par rapport au soleil. Et justement, Uranus confirmait cette loi ! Alors, selon le même concept, les astronomes en déduisirent qu’il devait exister une planète entre les orbites de Mars et Jupiter. L’astronome Franz Xaver von Zach réunit un groupe de vingt scientifiques en 1800 qui scrutent scrupuleusement cette région de l’espace… en vain. Ils découvrent néanmoins quelques objets mais les cataloguèrent très vite comme des petits astéroïdes. Pas de planète ! En fait, les plus jeunes d’entre eux auront la joie - ou le dépit - de vivre la découverte de Neptune quarante-six plus tard. Le dépit ? Oui, car la position de Neptune rend la loi Titius-Bode obsolète ! Tout cela est logique vous dîtes-vous ! Nos maîtres et autres professeurs de sciences n’auraient jamais oublié de nous apprendre l’existence d’une autre planète !


Et pourtant ! La surprise arrive de Sicile. C’est par une fraîche nuit d’hiver, la première de l’année 1801, que le prêtre et astronome Giuseppe Piazzi observe pour la première fois un corps céleste dans la fameuse ceinture d’astéroïdes. Piazzi, directeur de l’observatoire de Palerme, veut en réalité observer une étoile. Il cherchait une étoile, pense trouver une comète… ce sera une planète ! Se fiant au lent mouvement uniforme de l’objet, Piazzi met peu à peu de côté l’hypothèse de la comète pour pencher vers celle de la planète… sans l’affirmer. Aussi, après avoir observé plus d’une dizaine de fois le corps céleste, il fait part de sa découverte à plusieurs de ses confrères européens, annonçant prudemment qu'« il pourrait s'agir de quelque chose de mieux qu'une comète ». Après confirmation de son statut de planète par la communauté scientifique, Piazzi se charge de nommer sa découverte. Après plusieurs dénominations, la planète prend le nom définitif de Cérès, du nom de la déesse romaine de la fertilité.


Plus de deux siècles après sa découverte, les scientifiques se tournent vers le plus grand objet de la ceinture d’astéroïdes en lui consacrant une expédition. La sonde Dawn doit « rencontrer » Cérès en 2015, la même année que le survol de Pluton par la sonde New Horizons. Pour le moment Dawn vient d’atteindre Vesta, le deuxième objet plus grand de la ceinture d’astéroïdes après Cérès.


Cérès, bien que petite - un peu moins de 1 000 km de diamètre - pourrait abriter de l’eau sous forme de glace ainsi qu’une fine atmosphère de vapeur d’eau. La vie « extraterrestre », que l’on imagine aisément microscopique, est donc envisageable à l’instar du satellite de Saturne - Encelade - qui contient des océans d’eau liquide sous la glace. Belle revanche pour une planète - si petite soit-elle et au statut incertain - qui n’est pas enseignée dans les écoles (les professeurs en ont même-t-ils la connaissance ?). Mais au fait : quel est le statut de Cérès aujourd‘hui ? De planète elle est devenue astéroïde, puis enfin planète naine. Pour moi, c’est la fameuse planète X, celle que j’ai longtemps cherchée dans le ciel .....


image: Cérès prise par le télescope Hubble

6 commentaires:

  1. J'aimerais savoir quel est la durée de révolution et de rotation de la planète Céres
    SVP c'est URGENT .
    Merci.
    1234

    RépondreSupprimer
  2. Cérès a une rotation de 9h et 4 minutes environ.

    RépondreSupprimer
  3. merci et est-ce que vous savez sa durée de révolution
    SVP
    Merci.

    RépondreSupprimer
  4. Le révolution de Cérès est de 1 679,819 jour. Vous pouvez faire un tour sur le site de la mission spatiale Dawn où vous trouverez toutes les dernières nouveautés concernant cette"planète"

    http://dawn.jpl.nasa.gov/

    RépondreSupprimer
  5. quel est l'age de ceres svp

    RépondreSupprimer
  6. 18 ans, majeure cette année.

    RépondreSupprimer