mardi 28 juin 2011

Assaut sur Louise de la Vallière !


Louise de la Vallière est une de ces nombreuses fillettes tombées sous le charme royal du grand et tout aussi beau Louis XIV. Elle a de remarquable cette Louise qu'elle reste une des rares maîtresses du roi à ne pas avoir intrigué pour rentrer dans le cœur du roi. Au contraire, leur rencontre est un concours improbable de circonstances, Louise devant dorénavant supporter avec vigueur les assauts de son royal amant. Et des plus étranges même ! Racontons :

Le roi fréquente alors Henriette d'Angleterre, femme du très coquet frère du roi, Monsieur, né Philippe d'Orléans. Délaissée par son mari en proie au " vice italien", Henriette, charmante fille à l'esprit futé et vagabond, tombe dans les bras du beau Louis, son beau-frère. Les deux amants partagent de chaudes de nuits en carrosse, dans les jardins du Louvre ou de Versailles en construction. Mais, bien qu'il soit roi, Louis XIV ne peut éviter les ragots et les commérages. Aussi, les deux amoureux mettent en place un plan, un stratagème visant à détourner les regards de leur libertinage. Le roi devra tourner ses regards vers une autre femme afin de faire diversion. Une fillette de préférence qu'Henriette pourra facilement dominer. Elle en choisit une parmi ses demoiselles d'honneur : ce sera une certaine Louise de la Vallière. Elle est petite et fine, réservée et candide, et boite légèrement suite à une cheville écrasée par un âne dans son enfance. Henriette est excitée par le challenge... la pauvre!

Au début, l'entreprise fonctionne. Toute la cour oublie Henriette ne voyant plus que la petite Louise supportant avec moulte difficulté les regards brûlant du roi. Passer de l'ombre à la lumière ne lui est pas facile. Mais voilà que la stratégie royale s'inverse. La machine se grippe. Le roi est victime de troubles. C'est à présent cette charmante Louise qui occupe son cœur et son esprit. Henriette est reléguée. La pauvre subit même les assauts improbables de son mari - pour se venger de son frère - qui finissent par la faire enfanter.

C'est là que commence notre histoire ! Louise devient la nouvelle maîtresse du roi, non sans avoir résisté… en vain ! Henriette redevient Madame, la femme de Monsieur et aura de moins en moins l'illustre privilège de recevoir encore le roi au lit. Prise d'une jalousie féroce pour sa demoiselle d'honneur, Henriette n'aura de repos que lorsqu'elle parviendra à se venger. Tous les coups sont bons pour éloigner Louise du roi. Ainsi, prétextant un malaise, Madame part en repos dans son château de Saint-Cloud accompagnée de sa troupe et donc de Louise. Henriette savoure sa victoire d'avoir séparé les deux amants mais elle sous-estime l'amour du roi. Montant à cheval depuis Paris, le roi galope vers sa bien aimée. Malgré son manque de tendresse, comme un « drogué de l'amour », il prend le temps de s'arrêter et d'inspecter l'avancée des travaux versaillais, puis, satisfait, reprend la route. Par forte chaleur, les trente-sept lieux qu'il traverse tel un tourbillon, laissent des traces. Il ne veut pas paraître pour autant répugnant ce roi ! Aussi, il se prélasse, avec délectation, quelques instants dans une rivière afin d'apparaître le plus présentable. Il a beaucoup de finesse Louis ! Et c'est ainsi, dégoulinant de sueur et sentant la vase, que le roi se jette sur Louise sans prendre le temps d'apporter ses amabilités à son frère et à sa chère belle-sœur. Ils s'échangent baisers et autres tendresses … il fallait vraiment qu'elle l’aimât !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire