jeudi 28 avril 2011

Mais où est l'Atlantide?

L’Atlantide est un nom qui fait rêver. Le mystère qui tourne autour de sa civilisation et de son hypothétique emplacement fait les gros titres chaque année de la presse en quête de sensationnel. Hypothèse la plus récente : l’Atlantide se trouverait maintenant en Espagne. Rappelons qu’un nombre impressionnant de lieux ont été proposés pour recevoir les fondations de la merveilleuse civilisation des Atlantes. Ile au milieu de l’Atlantique, du triangle des Bermudes, îles Canaries, île scandinave, Malte et même l’Égypte ont reçu les honneurs d’archéologues et d’historiens pour avoir été jadis l’Atlantide.

Passons la thèse espagnole récente, dénuée d’intérêt, pour nous plonger vers ce qui semblerait être la véritable Atlantide. Ce mythe raconté par Platon pose bien des problèmes. Nous contant une civilisation bien supérieure aux grecs ou aux égyptiens, le philosophe décrit une île merveilleuse, au système politique parfait et à la politique sociale et économique idéale. Platon fait également fouler cette terre par des animaux fantastiques pour l’époque tels que des éléphants. Cependant, nous conte Platon, « Dans l'espace d'un seul jour et d'une nuit terrible (…) l'île Atlantide s'abîma dans la mer et disparut ». Ce mythe nous est décrit dans le Timée, par les paroles de Critias mis en scène par Platon dont il est un parent. Critias détiendrait cette histoire de son arrière-grand-père Dropidès qui, lors d’un séjour en Égypte dans le temple de Saïs, se serait vu confier l’histoire de l’Atlantide par les confidences du grand prêtre.

Mythe ou réalité ? Sans doute un peu les deux. Il ne faut pas prendre l’Atlantide pour un fait réel mais bien comme un fantasme de l’âge d’or que la Grèce recherchait éperdument au IVe siècle, après un siècle de guerres et de destructions tant fratricides, entre grecs, que contre l’éternelle ennemie « la Perse ». Les grecs existaient d’ailleurs dans cette histoire de l’Atlantide puisqu’Athènes y était vaincue par les Atlantes. Ravagée par la fureur de Poséidon, l’île disparaissait, et la Grèce n’avait alors plus d’ennemis. Pourtant, les grecs pouvaient se lamenter d’avoir perdu un exemple de contemplation et d’émerveillement.

Les deux thèses les plus vraisemblables sont l’existence de sociétés avancées et riches sur les îles de Santorin et de Crète. La première a révélé plusieurs similitudes avec l’Atlantide : Santorin était une étape commerciale importante ce qui avait rendu l’île très prospère. Les maisons étaient richement décorées, les vaisselles et autres objets découverts par l’archéologie ont révélé un haut degré de sophistication et de raffinement. Le fait le plus rapprochant reste néanmoins l’explosion de son volcan vers 1600 av. notre ère qui anéantit la moitié de l’île et créa un raz de marée faisant des ravages jusqu’en Égypte.

La seconde hypothèse a également un rapport avec Santorin. A la même époque, la Crète abritait une civilisation particulièrement avancée, les Minoens. La civilisation minoenne était tournée vers la mer et le commerce. Très riche, elle importa dans la mer Égée des stations portuaires qui commerçaient autant avec la Grèce mycénienne, que l’Anatolie ou bien encore l’Égypte. La Crète était donc la plaque tournante du commerce et de la culture dans cette partie de la Méditerranée. Santorin était alors une cité portuaire apparentée aux minoens. Témoignent de cette richesse, les somptueux palais ornés de peintures aux couleurs et aux thèmes si merveilleux qu’il est impossible de ne pas songer à l’Atlantide en les voyant. Malheureusement la civilisation minoenne connut des moments tragiques qui précipitèrent sa chute. Les fouilles archéologiques sur l’île prouvent que la Crète a subi avec fracas la catastrophe du volcan de Santorin. La vague, qui forma un immense raz de marée, pénétra loin dans les terres et anéanti les ports, les villes et les campagnes. Enfin, plus tard, les mycéniens débarquèrent et anéantirent une fois pour toutes les bases de cette remarquable civilisation.

Et l’Atlantide dans tout ça ? Les mycéniens, ancêtres des grecs du temps de Platon, ont conservé une partie de la mémoire minoenne vieille alors de plus de mille ans, gardant d’elle une image si fabuleuse qu’elle put se transformer en mythe. Enfin, la vague immense qui submergea une partie de l’île a été interprété à l'implacable colère de Poséidon.

Le mythe de l’Atlantide garde tout son mystère même s'il y a une dernière hypothèse que tout passionné refuse de cautionner, mais qui peut pourtant être la plus plausible : et si Platon avait tout inventé ???











Fresque: Minoens avec jarres

Dessin: Jules Verne, Atlantide dans Vingt mille lieux sous les mers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire