jeudi 31 mars 2011

Napoléon et la marche vers les Cent Jours

Napoléon est vaincu. L’Europe coalisée a eu raison de ses rêves de voir la France et sa culture dominer le monde : il est obligé d’abdiquer. Louis XVIII, frère du guillotiné Louis XVI, est aux Tuileries. Le 30 mai 1814, le traité de paix entre la France et les monarchies européennes coalisées est signé sans indemnités, ni forces d’occupation. Les alliés se réunissent à Vienne le 1er novembre 1814 pour remodeler l’Europe. Le 3 janvier 1815, Talleyrand, représentant la France vaincue, écrit à son roi que la coalition est dissoute et que la France est de nouveau acceptée en Europe. Tout semble fini pour l’Empire qui est réduit à un îlot en Méditerranée : l’île d’Elbe.


Mais…


Pendant que le congrès de Vienne négocie la recomposition de l’Europe, l’aigle a décidé de s’envoler à nouveau. Le 1er Mars 1815, l’Europe va connaître une période trouble de cent jours: Napoléon s’est évadé. Il débarque à golfe Juan avec 15000 hommes restés fidèles, qui prennent avec lui la route de Paris. Il s’adresse à la foule et aux soldats :


« Soldats ! Foulez aux pieds la cocarde blanche. Elle est le signe de la honte. Venez vous ranger sous les drapeaux de votre chef. La victoire marchera au pas de charge. L’aigle volera de clocher en clocher jusqu’aux tours de Notre-Dame ! »


Le général Bonaparte est de retour et l’aventure recommence. La marche vers Paris est ponctuée d’acclamations : Grenoble, Lyon, Autun. Même le maréchal Ney, pourtant envoyé par Louis XVIII pour stopper l'avancée de l’empereur, le rejoint. Devant son ancienne armée venue l’arrêter, Napoléon se met seul devant et montrant sa poitrine met au défi quiconque de tirer sur lui. Tout le monde, Ney le premier, lui tombe dans les bras. Ce sont maintenant cavaliers, régiments d’infanteries et d’artilleries qui marchent avec l’empereur vers Paris. Les appels du roi à la résistance sont ignorés et il est obligé de s’enfuir vers la Belgique. Napoléon arrive finalement à Paris et c’est l’ovation de la capitale toute entière. Nous sommes le 20 mars 1815 et l’Europe prépare déjà sa prochaine guerre contre la France.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire