mardi 22 février 2011

Clovis: « Toi le dieu de Clotilde ». La légende


La Légende.

C’est en ces termes que Clovis (481 -511), chef franc, s’est adressé au Dieu que vénère son épouse Clotilde. Ce « Dieu » n’appartient pas qu’à sa femme bien-aimée. Ses églises et ses représentants sont implantés partout où l’ancien Empire Romain avait établi ses frontières. Il fut également maintes fois prié et adoré avant ce jour fatidique de 496. Au milieu de ses guerriers, Clovis pense à tous ses hommes inspirés par la même foi et en un être supérieur qui a toujours donné sa préférence à ceux qui croyaient ardemment en Lui. Sur cette terre helvétique de Zülpich, autrefois nommée Tolbiac, les armées franques sont mises à mal par de redoutables guerriers germaniques - eux aussi - les Alamans.


Clovis doute. Les dieux de ses ancêtres les auraient-ils abandonné ? Une dernière percée ennemi et la bataille est définitivement perdue. Que faire quand la faveur des dieux a changé de camps ? Le chef franc prend alors une terrible décision. Une décision qui va changer à jamais la force, les coutumes, les croyances et le mode de vie de son peuple, les Francs « hommes libres ». Il tente le tout pour le tout ! Les anciens dieux sont devenus inutiles. Il faut se tourner vers une nouvelle croyance plus forte. Pendant ce temps, les Alamans reviennent à la charge. Bientôt les francs auront tout perdu. L’issu de cette bataille verra un des deux royaumes disparaître. Clovis lève alors les yeux au ciel :

« O Jésus-Christ, que Clotilde affirme du Dieu Vivant, toi qui donnes du secours à ceux qui sont en danger, et accordes la victoire à ceux qui espèrent en toi, je sollicite avec dévotion la gloire et ton assistance »

Puis Clovis promet de se faire baptiser si Dieu lui accorde la victoire. Portant de nouveau son regard sur le champ de bataille, il aperçoit le chef Alaman. Celui-ci, sentant la victoire, harangue ses hommes à déferler comme une vague impitoyable sur les Francs apeurés. Divinement inspiré, Clovis fixe son ennemi comme pour mieux le définir comme cible. Soudain, une flèche apparait de nulle part et, sifflant dans les airs, se plante mortellement dans la poitrine du roi alaman. Effrayés par un tel revirement de situation, les Alamans se mettent en fuite poursuivit par des Francs soudainement imprégnés d’un sentiment d’invincibilité. D’où est venue cette flèche ? Est-ce Dieu ?

Quoi qu’il en soit, le petit royaume alaman, situé entre Elbe et Main (Suisse et Alsace) s’écroule définitivement après cette défaite et est rattaché au royaume franc alors en expansion. Clovis n’oublia pas sa promesse et se fait baptiser à Reims en 499 par l’évêque Remi en compagnie de 3000 de ses guerriers. La christianisation des Francs a commencé.

1 commentaire:

  1. Dans la collégiale de Poissy (Yvelines) un chapiteau près de l’autel est orné d’un crapaud à l’intérieur d’une arche. Cet animal est le symbole de Clovis. Symbole du paganisme, le crapaud demande sa conversion en frappant à la porte d’une église surmontée de sept fenêtres. Selon la légende, Dieu a demandé à Clovis via sa femme de se convertir. Clotilde prend conseil auprès d’un ermite, qui lui donne une fleur de lys. Cette plante remplacera le crapaud comme symbole du royaume franc.

    RépondreSupprimer