jeudi 10 février 2011

Et le Sphinx fit Thoutmôsis IV pharaon.

Grand nombre d'hommes et de femmes doivent leur renommé à des songes, des apparitions ou des voix mystérieuses. Jacob voit dans un rêve l'échelle qui relie la terre au ciel, Mahomet voit l'ange Gabriel et Jeanne d'Arc entend des voix divines... L'homme devenu puissant cherche souvent à faire coïncider sa réussite à une intervention extérieure. Tel est le cas du pharaon Thoutmôsis IV qui, selon ses propres propos, doit son trône à la volonté du grand sphinx de Gizeh.

L'histoire se déroule il y a près de 3400 ans vers 1400 av. notre ère. La chaleur écrase les dunes inondées de soleil. Gizeh est un lieu sacré où s'élève l'ancienne nécropole royale de la IV dynastie: les pyramides. Elles sont d'ailleurs toujours là - Khéops, Khéphren et Mykérinos - et sont toujours aussi imposantes bien que détériorées par le temps, l'érosion du sable et l'homme. En effet, véritable carrière de pierre à ciel ouvert, les hommes viennent depuis des siècles se servir en pierre et en calcaire. Heureusement, le gigantisme de ces œuvres ont vaincu le temps et l'homme. Ne dit-on pas en Égypte que « le monde craint le temps, mais le temps ne craint que les pyramides ». Les bases de celles-ci sont recouvertes par le sable sans cesse rapporté par le vent du désert. Le gardien de cette zone funéraire est un lion avec une tête d'homme aux traits énigmatiques: le sphinx. Qu'il représente Khéops ou Khéphren, les égyptiens ont depuis longtemps oublié qui est figuré dessus, tout comme peu se doute de l'énormité du corps du sphinx, piégé lui aussi dans le sable. Pour eux, il n'est autre qu' Harmakhis, le dieu du soleil à l'aube et au crépuscule, la personnification même du roi divin.

Fatigué par une longue chevauchée depuis Memphis, le jeune Thoutmôsis, qui n'est pas encore pharaon, s'affale sur le sable à l'ombre de l'imposante tête, contre le cou qui émerge à quelques mètres à peine du sable. Il ne reste pas longtemps éveillé à contempler le sourire énigmatique du dieu et tombe dans un profond sommeil. Dans son songe, il se retrouve face à l’entité sous laquelle il est en train de se reposer. Mais celle-ci est différente. Elle n'est pas faite de pierre, mais bien de chair et de sang. Minuscule face aux majestueuses pattes de lion, le jeune homme ose affronter le regard du dieu. En un rien de temps, quelques secondes à peine, le sphinx peut écraser ce mortel aussi aisément qu'un insecte. Pourquoi apparaître ainsi? Le jeune homme n'est-il pas assez digne de se reposer à l'ombre de la divinité? Le sphinx va parler:

« Regarde-moi, jette les yeux sur moi, ô mon fils Thoutmôsis ; je suis ton père Harmakhis. Je te donnerai ma royauté sur terre à la tête des vivants. Tu porteras la couronne blanche et la couronne rouge sur le trône de Geb le dieu héritier. Le pays sera tien dans sa longueur et dans sa largeur ainsi que ce sur quoi brille l'œil du Maître de l’Univers. Tu recevras les aliments des Deux Terres, ainsi qu'un abondant tribut de tout pays étranger, et une durée de vie comportant un long temps d'années... Voilà que maintenant le sable du désert me tourmente, le sable au-dessus duquel j'étais autrefois ; aussi hâte-toi vers moi, afin que tu puisses accomplir tout ce que je désire. »

Ainsi la légende est née. Thoutmôsis n'oublie pas les paroles de la divinité et veillera à ressortir le corps du sphinx afin qu'il réapparaisse aussi majestueux que lors de sa conception il y a plus de 1000 ans. L'histoire est belle. Thoutmôsis devient alors pharaon dans d'obscurs circonstances – il n'était peut-être pas l'héritier au trône – et fait inscrire sur une stèle son songe avant de la placer entre les pattes du sphinx. Le cycle du désert reprenant, le sphinx et sa stèle furent recouvertes jusqu'à notre époque. Aujourd'hui la "stèle du songe" se trouve à l'endroit même où le pharaon la faite poser.

1 commentaire:

  1. lorsque j'ecris je baguenaude ...et d'un sujet qui voulait parler de la peche à djerba je me suis retrouvée parlant de l'ensablement et donc de cette jolie histoire que je connaissais comme tous ceux qui connaissent l'Egypte mais plutot que de la raconter moi meme j'ai préféré faire un lien vers votre site qui est fort joliment écrit ...
    il a de tel fatras de tout et de rien sur le net , que lorsqu'un blog mérite qu'on s'y attarde autant en parler ! awa de http://dcdg.blogs-de-voyage.fr

    RépondreSupprimer