mercredi 5 janvier 2011

Olympias, mère d'Alexandre. Seconde partie


La reine-mère.

Jamais Olympias ne retournera dans les bras son époux. Au contraire, elle raconte à tous comment Zeus l’a enfantée. La nuit de la conception, le monarque de l’Olympe avait foudroyé le ventre de la future mère. Par la suite, il venait « visiter » Olympias déguisé en serpent. Philippe, lui-même, avait vu ces étranges ébats amoureux. Un soir, recourbé, jetant un œil par la serrure de la porte de la chambre royale, il vit le fameux serpent dans les bras de sa reine. Quel curieux ! Quel impudent ! Zeus le punira en guidant une flèche dans son œil indiscret lors d’un combat.

Lorsque Philippe est assassiné par un amant déçu en 336, Olympias peut désormais assouvir sa vengeance. En femme d’expérience, elle prend les choses en main. Voilà des années qu’elle attend le moment où son fils sera enfin le nouveau roi de Macédoine. Croyant en sa destinée, elle décuple les pouvoirs de son fils en l’aidant quotidiennement. Par là même, elle espère lui prouver qu’elle est digne de confiance. Quand le moment sera venu pour Alexandre d’embarquer pour l’Asie, elle veut devenir régente de Macédoine ! Profitant de ses nouveaux pouvoirs, elle écarte, emprisonne ou exécute un certain nombre de proches à Philippe en les accusant de traîtrise. Plus exactement, la toute nouvelle reine-mère prend sa revanche contre tous ceux qui voulaient l’éloigner de son trône en exhortant Philippe à l’à répudier. Une fois, Olympias a quitté le palais… elle suivait alors Alexandre qui s’était querellé avec son père sur son sujet. Car Alexandre aime sa mère et prend toujours sa défense contre ses très nombreux ennemis. Aussi, aux premières heures de son règne personnel, le tout jeune roi semble fermer les yeux sur les exactions de sa mère.

Pourtant elle finie par aller trop loin. Philippe s’étant remarié (il l’avait fait plusieurs fois mais avait toujours gardé Olympias comme reine, notamment sous le pression de son fils), Olympias pousse la dernière épouse de son défunt mari au suicide, et brûle dans une frénésie mystique son jeune bébé. Alexandre rentre dans une telle colère qu’il réprimande sa mère et lui impose sa volonté. Désormais, lui seul gouverne : il est le roi !


(L’image est une dédicace à Benjamin grand fan devant l’éternel d’une Angelina Jolie, rare satisfaction du film Alexandre, dans son rôle d’Olympias)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire