mardi 26 octobre 2010

Memnon de Rhodes, celui qui défia Alexandre le Grand. Troisième partie


Lorsqu’Alexandre débarque sur la plage d’Abydos en 334 – il a alors 22 ans – il est confronté à bien des problèmes. Sa jeunesse, ainsi que sa témérité, ne le met pas à l’abri d’un ennemi rusé et qui de surcroît le connaît très bien ! En effet, Darius III, le Grand Roi, a décidé de nommer Memnon comme généralissime de ses armées qui doivent écraser l’envahisseur macédonien. Memnon de Rhodes était finalement rentré au pays car son frère aîné Mentor, s’étant mis au service du Grand Roi, avait négocié le retour de sa famille. Mentor est mort depuis, et Memnon a épousé Barsine, sa veuve.


Prudent et conscient de l’immense potentiel des phalanges et de la cavalerie macédonienne, le rhodien signe pour une tactique de « la terre brûlée » qui consiste à fuir et brûler toutes les ressources alimentaires du pays devant l’ennemi. Bien informé, Memnon sait que l’impatient Alexandre a tout laissé derrière lui et qu’il n’a qu’une marge de manœuvre assez limitée : il compte s’enrichir et s’alimenter sur ses conquêtes !


- Quelle impudence ! entend-on du côté des satrapes perses ; Il sera vaincu par les armes !


Memnon, devant une « fronde » - il est bien loin du Grand Roi - doit s’avouer vaincu et se résout à combattre. Stratège, il fait occuper la rive est d’un fleuve, le Granique. Là, il attendra Alexandre et son armée ! Là, il doit vaincre son ancien ami pour le compte des perses. Au diable les sentiments, il est un mercenaire ! Il est payé pour se battre, non pas pour faire du sentiment !

Alexandre est informé de la position perse. Il n’est que plus motivé par la présence de Memnon à la tête de ses ennemis. De la rancœur ? Il en a sûrement et l’avenir nous le prouvera.


- Ainsi voilà Memnon, un grand homme ! dit-il ironiquement. C’est lui-même qui est venu chez mon père se réfugier des perses. Et à présent ? Par Zeus ! il est à la tête de ses anciens oppresseurs et le mari de la veuve de son frère qui lui avait permis de rentrer chez lui!


Le Granique est une terrible défaite Perse puisqu’elle ouvre à Alexandre les portes de l’Asie Mineure. Memnon, lui, parvient à s’enfuir et fomente avec les brides de son armée une contre-attaque. N’amassant pas assez d’hommes, il recule et fini acculé à Halicarnasse, puis dans la forteresse de la cité quand celle-ci termine entre les mains de l’invincible macédonien.

4 commentaires:

  1. Je ne suis pas sur que ce soit l'histoire exact
    Merci du récit quand meme

    RépondreSupprimer
  2. L'article a été délibérément romancé afin de rendre plus palpitante la vie de Memnon.

    RépondreSupprimer
  3. Memnon de Rhodes meurt en 333 non ?

    RépondreSupprimer
  4. Memnon meurt en effet en 333. La suite de l'article en parle : http://lesitedelhistoire.blogspot.fr/2010/12/memnon-de-rhodes-celui-qui-defia.html

    RépondreSupprimer