mercredi 29 septembre 2010

Pillage en Mésopotamie !!!


C’est l'histoire d'un trésor inestimable, perdu par négligence et retrouvé, lundi 20 septembre, presque par hasard. C'est l'histoire de l’Irak, l’ancien pays de Sumer, pays dévasté par vingt ans de guerre, et qui se montre aujourd'hui, plus de sept années après l'invasion anglo-américaine, incapable de sauver un patrimoine historique qui est aussi celui de la plus ancienne civilisation humaine.

La tragédie débute en avril 2003 quand les soldats américains viennent de prendre l'Irak. ils laissent, des jours entiers, des hordes de pillards dévaster tous les musées de Bagdad. Le plus riche, le plus important, est le Musée national, situé sur une grande avenue au cœur de la capitale. En quelques heures, le résultat de plus de deux siècles de fouilles, c’est à dire au moins 15 000 pièces d'archéologie, des vases et des colliers babyloniens, des bronzes akkadiens, des poteries et des coutelas de Perse ancienne, des tablettes d'argile sumériennes constellées de textes cunéiformes - la plus ancienne écriture humaine connue - disparaissent.

Sept ans après, environ un tiers du butin manquant a été retrouvé. Beaucoup d'objets ont malheureusement été détruits. D'autres ont rejoint les coffres de collectionneurs privés eux USA, en Suisse et en Asie. Toutes ces pièces ne viennent pas des musées. L'Irak possède 12 000 sites archéologiques connus (heureusement bien d’autres sont encore inconnus) et, sur ces lieux souvent éloignés des villes, le pillage se poursuit de façon systématique et organisée. Au moins 32 000 pièces sont venues alimentés le marché des « arts volés » qui était déjà bien encombré. Pour récupérer ses trésors, l'Irak a demandé l'aide internationale. Interpol, les polices et douaniers du monde organisé sont en alerte. Ceux des Etats-Unis ont saisi et restitué à Bagdad plus de 1 500 pièces depuis 2003.

Au printemps 2008, 638 statues, fers de lances, verreries et poteries, certaines datant du IIIe millénaire avant notre ère, sont renvoyés en Irak sur ordre du généralissime David Patraeus, aujourd'hui patron des forces américaines en Afghanistan. Le tout est livré…Sauf que le Musée national n'en a pas la trace, et les réclamera pendant deux ans.

Le 6 septembre, nouvelle livraison américaine d'objets, saisis cette fois directement au ministère des affaires étrangères irakien. Parmi les trésors, une statue sans tête du roi Entémène de Lagash, volée au Musée et datée de 2400 av. notre ère, une paire de boucles d'oreilles en or du roi Nemrod et 362 tablettes d'écriture cunéiforme. Il y a aussi des objets plus modernes, une kalachnikov chromée aux initiales de Saddam Hussein - trophée de guerre saisi sur un soldat en permission.

Mais la dernière livraison américaine a relancé les questions : où sont donc les 638 pièces renvoyées en 2008 ? Le ministère irakien relance l’affaire et les médias de plusieurs pays font échos de cette aberration. Devant le retentissement médiatique et scientifique que suscite l’affaire, américains et irakiens travaillent enfin de concert et mènent l’enquête. Et comme par miracle la livraison est enfin retrouvée : faute d’un étiquetage approprié par les américains, les services irakiens avaient tout rangé dans un entrepôt de matériel de cuisine ! A qui la faute ?

Pauvres Sumériens !

3 commentaires:

  1. Principalement les revus, infos et mes petits contacts qui sont dans le milieu... Et puis je connais pas mal ce monde là!!!

    RépondreSupprimer
  2. Voici les tof du tresor vole http://www.yousif.ws/play-545.html

    RépondreSupprimer